Thermodynamique empathique

vendredi, 11.10.2019

Stratégies de conquête de nouveaux horizons, sagesses du vivre ensemble multiculturel, inventivités d’évolution nécessaires, l’empathie s’invite sur tous les chantiers.

Pécub

Les trois sens de l’observation de Machiavel, Lao Tseu et du Vinci ont un point commun, c’est comment ailleurs ? C’est comment dans l’esprit de l’autre ? C’est comment son système de guidance ? C’est quoi ses motivations ? C’est comment qu’il prend ses décisions ? De faire quoi, avec quelle méthode et pour quel objectif ? Avec quelles ressources, quelles attentes de résultat ? Est-il un danger ou un allié pour l’organisation de mes actions ?

Intelligence en mode alerte ! L’autre s’observe et s’analyse. Comment impacter constructivement son cortex frontal pour l’amener au partage et à la discussion. La tactique du neutraliser et discuter ensuite est d’un temps révolu. Les chefs de guerre à la Von Clausewitz ou à la Sun Tzu, ne font plus école. Le désastre écologique et climatique est définitivement l’ennemi commun. D’alliances encore hier improbables dépend la survie de tous. Une définition commune de l’empathie se dessine. Mise en cohésion des cohérences mentales. Mettre en cohésion de travail, la cohérence mentale de l’autre avec ma cohérence mentale à moi. Il s’agit avec l’inspiration de notre intuition innée et acquise, d’aller au contact de découverte des forces, des sensibilités, des pouvoirs d’en face.

Grande muraille ou porte ouverte ? L’autre fait-il de même. La rencontre sera-t-elle conflit ou croissance ? Il y a dans la tête de l’autre des zones de flemme. Quelles sont mes zones de flemme à moi ? Il y a dans la tête de l’autre des composants à risque. Quels sont mes composants à risque à moi ? Il y a dans la tête de l’autre des sciences naturelles et des sciences arbitraires, dites « exactes », quelles sont mes sciences naturelles et mes sciences arbitraires à moi ? Quelles sont les expériences et les apprentissages de l’autre, quels sont les expériences et les apprentissages à moi ?

La raison du plus fort étant toujours la meilleure, cette démarche doit se faire hors raison. L’antagoniste du conflit en libre-arbitre. Les différences font la force. Plus les différences se multiplient et se complètent, moins il y aura de place pour la stupidité. L’intelligence commune, réticulaire, spatio-temporelle, de l’homme, du cachalot, du dauphin, du corbeau, du moustique, du printemps, du soleil, du pré fleuri, de l’araignée, de la biodiversité, de la banquise, des arbres, de la pluie, du soleil du matin, du midi et du soir, de nos yeux pour observer, de nos mains pour expérimenter, de nos cœurs pour battre ensemble. La thermodynamique empathique c’est l’intelligence qui s’impose. Avec la raison de l’évidence.

En raccourci, on mélange tous les arts avec toutes les sciences, on connecte tout ce que l’on connait avec tout ce que l’on ne connait pas et on lâche prise. Parler aux champignons, écouter les baleines, caresser un vieux rat, faire la course avec un cancrelat, y’a de la joie. Lao Tseu, Nicolas et Léonard vous le confirmeront. A bien y regarder, la vie est belle. 






 
 

AGEFI




...