Starbucks: nouvel élan vert après l'échec des gobelets recyclables

mercredi, 22.01.2020

Starbucks veut réduire de moitié ses émissions carbone d’ici 2030, mais les promesses non tenues du passé pour des gobelets recyclables pourraient faire de l’ombre à la crédibilité de cet élan vert.

Marine Humbert

Le spécialiste des cafés avait promis de vendre 25% de ses boissons dans des gobelets recyclables d’ici 2015.(Keystone)

Le CEO de Starbucks, Kevin Johnson, a annoncé un engagement sur plusieurs décennies pour devenir une entreprise à ressources positives, soit stocker plus de carbone qu’il n’en émet. Trois objectifs ont été annoncés pour 2030: réduire de 50% les émissions de carbone dans les opérations directes et la chaîne d’approvisionnement de Starbucks, diminuer de moitié les déchets envoyés aux sites d’enfouissement des magasins et de fabrication, et fournir plus d’eau douce qu’il n’en utilise dans les régions productrices de café ou dans ses opérations directes.

Des objectifs louables, qui rejoignent la tendance verte qui s’est emparée des géants de l’industrie. Le dernier objectif de Microsoft vise une empreinte carbone négative d’ici 2030. Ikea va encore plus loin. Le fabricant de meubles prévoit de devenir une entreprise entièrement circulaire et zéro déchet d’ici 2030.

Le raté des gobelets recyclables

Cependant, hormis l’horizon 2030, la chaîne de cafés américaine n’a pas fixé de date précise pour s’assurer de réaliser son but ultime de zéro émissions. Starbucks se contente d’affirmer qu’il s’agit d’une «aspiration pluriannuelle».

Le passé fait aussi de l’ombre à cette poussée verte. Le spécialiste des cafés avait promis de servir 25% de ses boissons dans des gobelets entièrement recyclables d’ici 2015, mais en 2020, il n’a pas encore développé un tel gobelet et il apparaît que seulement 1,6% des boissons sont actuellement consommées dans des tasses réutilisables.

Les plantes à l’honneur

Le patron de Starbucks a exposé cinq points pour atteindre son objectif. L’entreprise va étendre sa gamme de nourriture à base de plantes et migrer vers un menu plus respectueux de l’environnement. Elle a également l’objectif d'adopter des emballages réutilisables. Investir dans de nouveaux moyens pour mieux gérer le recyclage de ses déchets, ainsi que développer une fabrication et une livraison de produits plus respectueuse de l’environnement.

L’objectif de réduire de moitié les émissions d’ici 2030 est conforme à ce que le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat a estimé nécessaire à l'échelle mondiale pour rester sur la bonne voie avec l'accord de Paris sur le climat.

 

 






 
 

AGEFI




...