Songeons à nos priorités avant qu’il ne soit tard!

mercredi, 19.09.2018

Céline Renaud*

Céline Renaud

Il est 15 heures un vendredi après-midi, je suis dans l’avion qui me ramène de Stockholm à Genève. Il pleut un peu, enfin, après un été caniculaire. Quand l’avion décolle, je vois les traces que font les gouttes en diagonal sur les hublots. Quand l’avion traverse les nuages, nous sommes secoués, les turbulences sont très fortes. L’hôtesse de l’air ânonne des consignes de sécurité inaudibles dans le micro (encore un endroit où l’on pourrait améliorer l’intelligibilité du son...!) concernant les ceintures de sécurité qui doivent rester attachées durant toute la durée du vol.

Et l’avion est secoué, très secoué. Les gens se regardent, certains se réveillent, d’autres regardent autour d’eux. La peur est palpable... Et cela ne s’arrête pas. Que penses toutes ces personnes assises groupées dans cette carlingue serrée et qui craque de partout? Pense-t-il aux êtres qui leur sont chers? A ce qu’ils ne leur ont pas dit? A ce qu’ils n’ont pas encore fait? D’ailleurs, c’est une belle philosophie de vivre chaque jour comme si c’était le dernier.

Comme si c’était la toute dernière fois

Pourquoi ne pas faire la même chose en entreprise? Et sans se dire «après moi, le déluge» mais véritablement traiter nos collègues, nos clients, nos partenaires comme si nous n’avions plus beaucoup de temps à vivre. Leur dire qu’ils sont importants pour nous. Penser nos produits dans cette optique. Faire chaque action avec un goût et une intensité comme si c’était la toute dernière fois. Et choisir l’extraordinaire. Dire oui, là où nous aurions pensé non et accueillir les opportunités. Prendre le temps d’échanger avec un collègue sur ses passions. Et rire, apporter de la joie et de la bonne humeur, philosopher et trouver le moyen d’être plus performant en moins de temps pour privilégier les échanges avec les autres. Être vivant, en vie, plein d’énergie comme dans nos passions. Et inspirer nos collègues. Non pas en pavanant pour ce qu’on a fait de plus ou de mieux qu’eux mais véritablement en posant des questions qui permettent à l’autre d’aller plus loin.

C’est d’ailleurs notre but dans cette vie, d’être en interaction avec les autres et de trouver ou partager le bonheur, de manière vraie, authentique... L’avion arrête de nous secouer. Un ouf de soulagement est lisible sur les visages. Et beaucoup se lèvent en même temps pour aller aux toilettes. Et les discussions reprennent, certaines personnes se rendorment, la vie reprend son cour¨s. Auront-ils eu les mêmes pensées que moi?  En tout cas, à l’arrivée, je vais serrer ma fille et mon conjoint un peu plus fort que d’habitude et j’espère pouvoir enchanter encore beaucoup de personnes avec ce fabuleux bois d’harmonie qui fait de mon quotidien des moments d’échanges privilégies et exceptionnels. Peut-être pour montrer un art de vivre plus vivant, en relation à la nature et à l’internalisation à l’image de nos célèbres marques horlogères.

D’ailleurs c’est peut-être aussi pour cela que nos journées découverte de la lutherie du XXIe siècle avec visite de nos ateliers et balade en forêt du Risoud à la vallée de Joux rencontrent autant de succès. Pour offrir à tout un chacun un espace hors du temps, privilégié, loin du stress et pourtant si proche de nos villes romandes.

* CEO et fondatrice, JMC Lutherie






 
 

AGEFI



...