La grippe coûte des centaines de millions aux entreprises

jeudi, 19.12.2019

Si des sociétés incitent financièrement leurs employés à se faire vacciner, l’efficacité du traitement varie entre 32 et 68%.

Maude Bonvin

La grippe coûte en moyenne 200 millions de francs par an aux entreprises, d’après l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). L’assureur Groupe Mutuel a calculé qu’une absence, durant six jours, d’un employé grippé représente une perte d’environ 5400 francs. 

Pour répondre à ce problème, certaines sociétés offrent une contribution financière à leurs salariés pour se faire vacciner. C’est le cas de Coop notamment. Les CFF et La Poste accordent, eux, 30 francs à leurs collaborateurs, soit le prix recommandé pour le vaccin. La plupart des hôpitaux prennent aussi en charge ce traitement préventif pour leurs employés. A noter que le vaccin contre la grippe est remboursé par l’Assurance obligatoire des soins (AOS).

Une stratégie de prévention

Reste que les Suisses sont peu nombreux à franchir ce pas puisque moins d’un sur cinq opte pour cette solution. Selon l’OFSP, les individus à risque se font insuffisamment vacciner. Il s’agit des personnes âgées, des malades chroniques, des très jeunes enfants et des femmes enceintes. 

Afin d’améliorer la situation, la Confédération s’est dotée d’une stratégie nationale de prévention de la grippe (GRIPS). Cette stratégie mise non seulement sur la promotion de la vaccination mais aussi sur la recherche dans le domaine de la santé publique. Sa phase de mise en œuvre est prolongée jusqu’en 2020. Le vaccin est surtout efficace lorsque les virus vaccinaux correspondent bien aux virus en circulation. Du fait que les virus grippaux évoluent constamment, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveille ceux présents chez l’homme et actualise deux fois par an la composition des vaccins. Selon les études internationales, l’efficacité de la vaccination auprès des personnes non hospitalisées varie toutefois entre 32 et 68%.

En Suisse, les affections grippales sont surveillées par le système de déclaration Sentinella établi sur une base volontaire. Toutes les infections par des virus Influenza confirmées en laboratoire sont en outre enregistrées dans un système de déclaration obligatoire. Les malades qui ne consultent pas de médecin ne sont donc pas recensés par ces deux dispositifs. 

La grippe touche entre 5 et 10% de la population chaque année. Sa propagation est actuellement qualifiée de sporadique par l’OFSP. La semaine passée, les 148 médecins du système de surveillance Sentinella ont rapporté 4,2 cas d’affections grippales pour 1000 consultations. Extrapolé à l’ensemble de la population, ce chiffre correspond à 33 consultations pour cause de grippe pour 100.000 habitants. Le seuil épidémique saisonnier de 69 cas pour 100.000 habitants n’est donc pas encore atteint. 

Des milliers d’hospitalisations

La grippe entraîne de 112.000 à 275.000 consultations par an en cabinets privés. Entre 1000 et 5000 personnes atteintes de ce virus doivent par ailleurs être hospitalisées chaque année, selon Santésuisse. Cette maladie coûte entre 100 millions et 500 millions de francs en frais de santé, en fonction de la virulence de l’épidémie. 

L’OFSP indique que cette pathologie engendre des centaines de décès chaque année, essentiellement des personnes âgées. En 2017, une vague de grippe a causé, les six premières semaines de l’année, chez les personnes de 65 ans et plus, près de 1500 décès supplémentaires par rapport aux chiffres normalement attendus à cette époque de l’année. Mais comme, au cours des quarante semaines suivantes, la mortalité dans ce groupe d’âge a été inférieure à la normale, la hausse générale de la mortalité en 2017 ne peut pas être attribuée uniquement à la grippe. Entrent aussi en ligne de compte les maladies cardiovasculaires et le vieillissement de la population. 

En 1918 et 1919, la grippe espagnole a causé vingt millions de morts. Il s’agit de la plus importante épidémie jamais observée à ce jour. 

Au niveau global, la grippe entraîne de graves complications pour environ cinq millions de personnes et de 290.000 à 650.000 décès, d’après les chiffres de l’OMS. L’organisation ne connaît pas précisément les effets des épidémies de grippe saisonnière dans les pays moins avancés. Les estimations issues de la recherche indiquent toutefois que 99% des décès d’enfants de moins de cinq ans atteint de la grippe surviennent dans ces régions.






 
 

AGEFI




...