Il Cavallo

vendredi, 12.04.2019

Sforza Italia, c’était le nom donné au projet du plus grand cheval de bronze jamais coulé. Une commande de Ludovic Sforza, Duc de Milan à la gloire de son papa Francesco.

Pécub

Le premier budget de recherche et développement obtenu par le Vinci aura servi à visiter des centres équestres pour repérer les plus beaux étalons, à réaliser des centaines de croquis, calculer les flux de matière du métal en fusion, fabriquer un modèle en argile aux dimensions définitives, régler quelques notes de tavernes et de menus frais logistiques.

Léonard de Vinci tirait parti de chaque tâche rémunérée pour étudier tous les effets associés. Visibles ou cachés. L’argent pour la statue en bronze aura permis la réflexion sur le cheval musculaire, l’énergie puissance, la musculocavallique. Les éléments évoqués dans la musculocavallique de Léonard de Vinci, ses réflexions sur la force motrice du cheval, auront déjà à l’époque éveillé sur l’énergie utilisable, le travail, et l’énergie inutilisable, la chaleur. Le cheval se fatigue, l’énergie se dégrade, à un certain stade il y aura mort musculaire et mort thermique.

Si les circonstances auront parfois été cruelles avec Léonard de Vinci. Au moment de couler les cent tonnes de bronze, le métal aura été détourné pour fabriquer des canons. Le modèle en argile exposé à Milan en 1493 aura servi de cible d’entrainement pour les arbalétriers de Mantoue. Les circonstances auront aussi été bénéfiques. Frustré par les déconvenues, Léonard mit au feu les croquis et les plans d’intention afin de réchauffer le minestrone du chaudron. La vapeur fut l’illumination. Cette vapeur est énergie. Si je construis un chaudron en forme de cheval, que je le remplis d’eau, que je fais bouillir cette eau, la vapeur dégagée, enfermée sans possibilité de s’échapper pourrait faire tourner une vis sans fin et ainsi assumer une force motrice. Le cheval vapeur.

Giovanni Pico Della Mirandola, Pic de la Mirandole, philosophe humaniste qui savait tout, étoile filante de la Renaissance italienne (1463-1494) comptait Léonard de Vinci parmi ses rares amis. Ils se rencontraient régulièrement dans les luxueux Palais de la Famille d’ESTE à Ferrare. Ferrara, Terra e Acqua. C’est lors d’une de ces rencontres que le Vinci évoqua son projet Sforza Italia à son ami Pic.

En Emilie Romagne, à Modène, se trouvaient les plus prestigieux haras de toute l’Europe. Ses juments, ses étalons, s’arrachaient à prix d’or. C’est de Modène que le Vinci rapporta ses plus beaux croquis de croupes de chevaux. C’est en souvenir du Conte de la Mirandole que Léonard ne laissera jamais tomber le projet « Il Cavallo ». Et c’est en calculant le nombre de chevaux nécessaires à manœuvrer l’artillerie du Sénéchal d’Armagnac, que Léonard de Vinci la nuit du 13 au 14 septembre 1515 à San Giuliano près de Milan, trouvera le nom qu’il allait donner à l’énergie musculocavallique.

Pico Bello ? Sforza Cavallo ? Modena Velocita ? Vapore d’Italia ? Marignano Canone ? Ferrara Cavalli ? Oui, Ferrara Cavalli !

En plus rapide, Ferrari.






 
 

AGEFI



...