Plus d'un tiers des entrepreneures victimes de préjugés sexistes

mardi, 01.10.2019

Selon une étude de HSBC Private Banking, 35% des femmes entrepreneures font face à des préjugés sexistes lors de la collecte de capitaux.

SG

Globalement, la moitié des projets d’investissement des entrepreneurs féminins se voient refuser un financement. (Pixabay)

Plus d’un tiers des femmes entrepreneures déclarent avoir subi des préjugés sexistes lorsqu'elles cherchent à lever des fonds pour leur entreprise. C'est ce que rapporte une étude publiée ce mardi par HSBC Private Banking. 

L’enquête révèle des différences importantes entre les marchés: les femmes entrepreneures britanniques et américaines connaissant les plus hauts taux de préjugés sexistes (54% et 46%), et celles en Chine continentale affichent les préjugés sexistes les plus faibles (17%).

En outre, près de deux tiers (61%) des femmes entrepreneures ont dû convaincre un panel d’investisseurs en majorité composé d’hommes, et moins d'une sur dix s'exprime devant un panel majoritairement féminin.

Globalement, la moitié des projets d’investissement des entrepreneurs féminins se voient refuser un financement. Les femmes entrepreneures sont plus susceptible de se faire  refuser un financement à Hong Kong (68%) et à Singapour (59%). Elles auront plus de chance de réussir aux États-Unis (65%) et en France (62%).

L’étude a également révélé que les entrepreneurs féminins, à l’échelle mondiale, sécurisent 5% de capitaux en moins que leurs homologues masculins. Les écarts d’investissement les plus importants sont observés aux États-Unis (8%), en France (7%) et au Royaume-Uni (6%).

HSBC Private Banking a lancé le rapport "She’s the Business" afin d’explorer les défis auxquels sont confrontés les femmes entrepreneures qui cherchent des investissements. La recherche a été menée auprès de plus de 1200 entrepreneurs en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et aux Etats-Unis.






 
 

AGEFI




...