La branche de l'informatique manque cruellement de bras

jeudi, 13.09.2018

Selon une étude, le secteur de l'informatique, malgré les efforts menés en matière de formation, pourrait manquer de pas moins de 40'000 spécialistes d'ici 2026.

La pénurie de main d'oeuvre à venir dans le domaine de l'informatique illustre aussi le départ de nombreux salariés en retraite.(pixabay)

Environ 40'000 spécialistes informatiques pourraient manquer d'ici 2026. Outre une demande croissante à la faveur de la numérisation de nombre d'activités, la pénurie de main d'oeuvre à venir illustre aussi le départ de nombreux salariés en retraite.

Dans son étude bisannuelle sur le marché de l'emploi, publiée jeudi, ICT-Formation professionnelle suisse appelle l'économie et les administrations publiques à créer plus de places d'apprentissage. La formation professionnelle représente un point d'entrée essentiel dans le secteur de technologies de l'information et permet aussi d'accéder aux universités et hautes écoles.

Depuis 2010, la branche a vu ses effectifs bondir de 29% à 199'200 employés. Et l'association professionnelle anticipe une croissance du nombre de salariés à 236'200 à l'horizon 2026. Or la demande totale en spécialistes culmine à 88'500 et celle-ci ne peut être que partiellement couverte par l'entrée prévue des nouveaux diplômés sur le marché du travail (31'500 salariés) et par l'immigration (16'700 collaborateurs). Il faut donc former près de 40'000 travailleurs supplémentaires.

D'autant plus que le secteur de technologies de l'information ressentira ces prochaines années certains effets liés à la démographie, quelque 21'700 salariés devant partir à la retraite entre 2017 et 2026. Au regard de la période précédente, soit celle allant de 2012 à 2021, leur nombre a quasiment augmenté de moitié (+43%).

La forte demande de spécialistes est stimulée par la numérisation rapide des affaires et de l'administration. Il en résulte une demande croissante de spécialistes dans les domaines de la programmation, du conseil, de l'exploitation et des services dans le nuage. Si toutes les professions sont recherchées, celles de développeurs d'applications et d'ingénieurs systèmes ont tout particulièrement les faveurs des employeurs.(awp)






 
 

AGEFI



...