Un Suisse sur quatre s'est déjà retrouvé aux poursuites

jeudi, 27.12.2018

Selon une étude de Comparis, une personne sur quatre a déjà été confrontée à une poursuite en Suisse. Les Romands font figure de mauvais élèves.

Au-delà de la région linguistique, le niveau de revenus semble particulièrement lié aux difficultés de paiement. (Keystone)

Faire l'objet d'une poursuite en Suisse est une chose plus commune que l'on croit, selon une étude de Comparis. Le comparateur en ligne affirme qu'une personne sur quatre a déjà été confrontée à une telle procédure. Les bas revenus et les Romands seraient les plus touchés par ce phénomène.

Les résultats de l'enquête démontrent que 23,5% des participants au sondage se sont déjà retrouvés aux poursuites et qu'une personne sur sept (14,1%) doit composer avec une entrée négative au registre des poursuites.

"Les Suisses prennent le paiement de leurs factures à la légère", sermonne Comparis dans un communiqué diffusé jeudi.

Les Romands font figure de mauvais élèves. Près de 30% des sondés établis en Suisse occidentale ont fait l'objet d'une poursuite et 22,2% ont avoué une entrée négative au registre. Les Tessinois seraient plus disciplinés, avec respectivement 23% et 12,1%.

La Suisse alémanique s'impose comme la région la plus vertueuse en termes d'habitudes de paiement, avec un taux de 21,5% de poursuites et de 11,5% d'entrées négatives.

Au-delà de la région linguistique, le niveau de revenus semble particulièrement lié aux difficultés de paiement. Près de la moitié (46%) des sondés ayant connu une procédure de poursuite gagne jusqu'à 4000 francs brut par mois. La proportion chute à 24,6% pour la catégorie 4000-8000 francs et à 17,3% pour les plus de 8000 francs.

La tendance est plus ou moins identique pour les entrées négatives au registre des poursuites.

Contrairement aux idées reçues, les plus jeunes ne sont pas forcément des mauvais payeurs en puissance. Les catégories d'âge 36-55 ans et 56-74 sont les plus concernées.
Comparis fournit également des données sur le type de facture qui est le plus souvent repoussé. Les forfaits mobile/internet, les impôts et les primes maladie figurent en haut de classement, dans l'ordre.

En revanche, les factures des services industriels communaux, les décomptes de cartes de crédit et le loyer sont réglés en priorité par les personnes interrogées.

L'étude a été menée en octobre sur un échantillon de 1047 personnes issues de toutes les régions de Suisse.(awp)






 
 

AGEFI



...