Initiative contre le mitage: la majorité bascule vers le "non"

mercredi, 30.01.2019

Selon un sondage de la SSR, la majorité des Suisses disent "non" à l'initiative populaire contre le mitage.

Les opposants à l'initiative populaire bénéficient désormais d'une faible avance de 2 points de pourcentage. (Keystone)

Si les Suisses avaient voté en janvier, ils auraient refusé l'initiative populaire contre le mitage, soumise au vote le 10 février prochain. Selon le deuxième sondage gfs.bern pour la SSR, la majorité bascule vers le "non" à 49% contre 47% de "oui".

La majorité de "oui s'est inversée depuis le premier sondage de la SSR en décembre dernier, souligne l'enquête publiée mercredi. Les opposants bénéficient désormais d'une faible avance de 2 points de pourcentage.

Comparativement au premier sondage de décembre 2018, l'adhésion a chuté dans le centre-droit, suite aux mots d'ordre des partis bourgeois. La participation aurait été légèrement inférieure à la moyenne, avec 44%.

La polarisation entre les partis ne correspond toujours pas tout à fait au schéma gauche/droite. Dans le détail, les sympathisants des Verts (75%) et du parti socialiste (67%) soutiennent l'initiative. Les Vert'libéraux (PVL) se situent encore dans le camp du "oui", mais à une courte majorité (51%).

Parmi les électeurs des autres partis, l'initiative est toujours la plus largement défendue par les partisans de l'UDC: actuellement, 42% prévoient de voter en faveur du texte. Mais le nombre d'opposants a fortement augmenté, comme le laissait présager le mot d'ordre en faveur du "non", et se situe désormais à plus de 50%.

La tendance vers le "non" est encore plus nettement marquée parmi les électeurs du PDC et du PLR: seuls 22% (PDC) et respectivement 24% (PLR) comptent voter "oui". Dans les rangs du PBD, 36% se disent encore favorables au texte.

Vers le "non" dans toute la Suisse

Une tendance vers le "non" se dessine dans les trois régions linguistiques, mais de manière plus marquée en Suisse alémanique. Outre-Sarine, la part du "non" a grimpé à 50% contre 28% lors du précédent sondage il y a un mois.

En Suisse romande, le "non" récolte 48% des intentions de vote (34% en décembre) et 46% de "oui" (58%). Seul le Tessin présente encore une très faible majorité de partisans du projet avec 51% de "oui"; et 45% de "non".

De plus, les femmes, les personnes peu formées, les ménages à bas revenu et les citoyens se méfiant du gouvernement sont mieux disposés envers l'initiative que leurs pendants respectifs.

Le non des zones rurales

Une nette tendance vers le "non" se dessine en dehors des villes. Alors que les zones urbaines présentent encore une (faible) majorité absolue de partisans du "oui", l'évolution s'est renversée dans les autres régions.

Désormais, dans les zones rurales, une majorité absolue (54%) se prononce contre le texte. Contrairement à l'initiative sur les résidences secondaires, ce texte aurait des répercussions directes sur toutes les régions rurales de Suisse.

Plus largement, une majorité des répondants soutient toujours les thèses des auteurs de l'initiative. Par exemple, 65% des répondants estiment que le mitage défigure le paysage suisse et 63% pensent qu'il impacte négativement les générations futures.

Mais l'adhésion vis-à-vis de l'argumentaire déployé par les opposants se renforce et domine de plus en plus la formation de l'opinion. Ainsi, une majorité des personnes sondées (56%, +5 points de pourcentage) estiment que la nouvelle loi fédérale sur l'aménagement du territoire votée en 2013 lutte déjà efficacement contre le mitage

L'état de formation de l'opinion de l'électorat a clairement évolué par rapport au sondage de décembre dernier. Désormais, plus de deux tiers (68%) des personnes interrogées expriment une intention de vote ferme, ce qui représente une progression de +18 points de pourcentage par rapport au premier sondage.

Initiative des Jeunes Verts

L'initiative populaire fédérale des Jeunes Verts "Stopper le mitage - pour un développement durable du milieu bâti" demande une densification de l'habitat à l'intérieur des villes et agglomérations. L'initiative propose aussi de nouvelles règles pour les constructions hors des zones à bâtir. Là aussi, elle se veut très limitative, que ce soit pour l'agriculture ou le tourisme.

Lors du 1er sondage de la SSR en décembre, 63% des sondés se disaient plutôt ou très favorables au texte. A la mi-janvier, le sondage de Tamedia donnait encore une longueur d'avance au "oui" (52%).

Ce deuxième sondage SSR a été réalisé entre le 16 et le 23 janvier par téléphone et en ligne auprès de 4699 personnes représentatives des citoyens suisses. La fourchette d'incertitude statistique est de +/- 2,7 points de pourcentage. (ats)






 
 

AGEFI



...