L'économie suisse se reprend mais les taux bas vont persister

lundi, 28.11.2016

Selon l'OCDE, les taux d'intérêts vont sans doute rester bas en Suisse afin de stimuler la demande interne.

Au vu des taux hypothécaires historiquement bas et de la dette relativement élevée, les autorités devraient se tenir prêtes à renforcer les mesures macro-prudentielles, estime l'OCDE.

En Suisse, la croissance économique continue de reprendre des couleurs après le coup de frein occasionné par le choc BNS de janvier 2015. Pour l'année en cours, l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) s'attend à voir le produit intérieur brut (PIB) réel croître de 1,6%, après quoi le mouvement devrait s'accélérer (+1,7% en 2017 et +1,9% en 2018), indique le pointage périodique publié lundi.

Selon l'organisation, les taux d'intérêts vont sans doute rester bas afin de stimuler la demande interne. Les risques que posent les taux négatifs ne se sont pas encore concrétisés, mais ils sont en hausse, notamment pour le secteur financier, alors que la banque nationale (BNS) a épuisé ses leviers.

Au vu des taux hypothécaires historiquement bas et de la dette relativement élevée, les autorités devraient se tenir prêtes à renforcer les mesures macro-prudentielles, estime l'OCDE. Pour ce qui est de la politique fiscale, vu que le service de la dette est passé de 1,3% du PIB en 2005 à 0,6% en 2015, l'organisation préconise des investissements publics plus conséquents afin de stimuler durablement la croissance.

Les auteurs de l'étude s'attendent à voir la "modeste hausse du taux de chômage" s'inverser d'ici 2018 sous l'effet de l'embellie conjoncturelle. Après une demande qualifiée de "faible" ces deux dernières années, plusieurs indicateurs signalent un reprise.

La relative stabilité du franc a contribué à un net rebond des exportations, dopées notamment par les industries chimique et pharmaceutique. - (awp)

 

 


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...