Les perspectives économiques se tassent en mars, mais l'emploi s'envole

mardi, 03.04.2018

Selon l'indice des directeurs d'achats (PMI), le baromètre a reculé de 5,2 points sur un mois à 60,3 points. Néanmoins, le sous-indice de l'emploi a progressé de 2 unités à 60,2 points, son niveau le plus élevé depuis février 2011.

Plus globalement, les économistes s'attendent cette année à une solide progression conjoncturelle. Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse devrait ainsi augmenter de 2,2%, soit proche du niveau atteint en 2014 avant l'abandon du taux plancher.

Les perspectives économiques de la Suisse se sont quelque peu tassées en mars, selon l'indice des directeurs d'achats (PMI) compilé par la banque Credit Suisse et l'association Procure.ch publié mardi. Les attentes en matière d'emploi demeurent par contre au beau fixe.

Le baromètre a reculé de 5,2 points sur un mois à 60,3 points. Malgré la forte baisse de l'indice, qui permet d'anticiper les attentes en matière de croissance économique, les auteurs de l'étude ont souligné que le PMI se situait toujours nettement dans la zone de croissance, soit au dessus des 50 points.

Le marché attendait cependant un score bien plus élevé. Les économistes interrogés par AWP attendaient l'indice entre 64,1 et 65,3 points.
La majorité des sous-indices ont reculé sur un mois, notamment celui mesurant les entrées de commandes (-8,3 points), les délais de livraison (-2,3) et les stocks à l'achat (-7,5).

Parmi les rares composantes du PMI à afficher une progression, figure le sous-indice de l'emploi qui a progressé de 2 à 60,2 points, son niveau le plus élevé depuis février 2011.
"Le rebond sur le marché du travail dure maintenant depuis plus d'un an et semble être soutenu par une large base", ont estimé les spécialistes de Credit Suisse et Procure.ch. Ces derniers s'attendent à ce que le taux de chômage ajusté des variations saisonnières recule sur les prochains trimestres.

Plus globalement, les économistes s'attendent cette année à une solide progression conjoncturelle. Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse devrait ainsi augmenter de 2,2%, soit proche du niveau atteint en 2014 avant l'abandon du taux plancher.(awp)






 
 

AGEFI



...