Doris Leuthard démissionne pour la fin de l'année

jeudi, 27.09.2018

Après 12 ans passés au Conseil fédéral, Doris leuthard annonce son départ à la fin 2018. Elle avait été élue le 14 juin 2006 à la succession de son collègue de parti Joseph Deiss.

"J'ai fait mon travail avec beaucoup de coeur et j'espère que je l'ai bien fait", a déclaré Doris Leuthard la voix étranglée.

Doris Leuthard quittera le Conseil fédéral à la fin de l'année. L'annonce a été faite jeudi par le président du National  Dominique de Buman. Le suspense durait depuis l'été 2017.

La ministre avait alors indiqué qu'elle partirait d'ici la fin de la législature fin 2019. La démocrate-chrétienne argovienne est la doyenne de fonction du Conseil fédéral. Elle est membre du gouvernement depuis le 1er août 2006.

Doris Leuthard a d'abord été ministre de l'économie avant de reprendre fin 2010 le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). Avant d'être élue au Conseil fédéral le 14 juin 2006, elle a siégé au National pendant six ans et demi et dirigé le PDC pendant deux ans.

L'annonce de la démocrate-chrétienne intervient (quelques jours?) après celle du libéral-radical Johann Schneider-Ammann. Le ministre de l'économie partira lui aussi à la fin de l'année. La course à sa succession bat d'autant plus son plein.

La pression féminine sera forte, mais répartie sur le PDC et le PLR en raison de la double vacance. Si deux hommes sont élus, Simonetta Sommaruga serait la seule femme du gouvernement. La Suisse orientale, la Suisse centrale et la Suisse du Nord-Ouest feront aussi pression pour être représentées au Conseil fédéral.

Lassée mais émue

Doris Leuthard avait déjà décidé depuis longtemps d'annoncer son départ cet automne. Elle a invoqué une certaine lassitude après douze ans en fonction. Mais elle a n'a pu empêcher d'essuyer quelques larmes devant la presse.

Le retrait est lié à beaucoup d'émotion car tout changement signifie un nouveau départ. "J'ai fait mon travail avec beaucoup de coeur et j'espère que je l'ai bien fait", a-t-elle déclaré la voix étranglée.

La ministre des infrastructures a précisé avoir essayé de modeler la politique et non d'administrer les dossiers. Selon elle, il faut chercher des solutions et non gérer les problèmes, trouver un équilibre entre les visions et non chercher la confrontation.

Il faut tenir des intérêts nationaux et internationaux. La Suisse n'est pas un grand pays et doit trouver des alliés, a estimé la conseillère fédérale. La transition numérique fait partie des défis de la prochaine législature, a-t-elle cité comme exemple.

Doris Leuthard avait prévu d'annoncer son départ vendredi. Elle l'a anticipé d'un jour. Du coup sa lettre de démission porte la mauvaise date.(ats)






 
 

AGEFI



...