Endettement: le papier, un secteur à haut risque

mardi, 07.08.2018

Selon le rapport d'Euler Hermes, le risque d'endettement est concentré dans les secteurs qui font face à un changement structurel. Face à la digitalisation, le papier occupe la première place des secteurs les plus à risque dans le monde.

Le taux d’endettement net atteint 172% en moyenne en 2017 pour les 25% d’entreprises du secteur papier les plus endettées.(keystone)

Le rapport d’Euler Hermes, société d'assurance-crédit française détenue en majorité par le groupe Allianz, met en lumière plusieurs zones à risques et des divergences dans les taux d’endettement des entreprises, tant régionales que sectorielles. Selon le leader mondial de l’assurance-crédit, le risque est concentré dans les secteurs qui font face à un changement structurel, notamment dû au changement climatique, à la digitalisation, ou encore à l’évolution du besoin des consommateurs. Les entreprises ont l'obligation de s'endetter pour se transformer.

D’un point de vue régional, le rapport montre que l’Europe du sud est particulièrement vulnérable aux entreprises surendettées. 

Le papier, les transports, et le textile sont les secteurs les plus à risque

 

Le papier 

L’industrie du papier est une industrie à forte intensité capitalistique et requiert un levier financier considérable. Pour relever les multiples défis posés par la digitalisation, le secteur a dû s’endetter encore plus: le taux d’endettement net atteint 172% en moyenne en 2017 pour les 25% d’entreprises du secteur les plus endettées.

Alors que l’endettement est élevé et que les pressions sur le prix de l’énergie n’ont pas disparu, le secteur devrait toutefois connaître une hausse des marges de l’ordre de +20 points. Cette amélioration sera à mettre au crédit des évolutions démographiques et des habitudes de consommation, qui tirent la production de papiers-tissus et d’emballages vers le haut.

Les transports

L’industrie du transport est exposée à des changements structurels considérables et dispose de faibles ressources financières pour tempérer le risque. Alors que le taux d’endettement moyen est très élevé pour les entreprises du premier quartile (144%), le cashflow est faible. Face à la hausse du prix du pétrole et aux régulations relatives au changement climatique, le secteur doit investir dans les nouvelles technologies.

Le textile

Le textile est un secteur à risque élevé puisqu’il allie haut niveau d’endettement (144% pour le premier quartile) et faible génération de trésorerie. La concurrence intense est le déterminant principal de cette situation, notamment aux Etats-Unis, au Japon, à Singapour et en Inde.

D’un point de vue régional, le rapport montre que l’Europe du sud est particulièrement vulnérable aux entreprises surendettées. En 2017, le Portugal (96%), la Turquie (72%), l’Espagne (68%) et la Grèce enregistrent les plus hauts taux d’endettement net. Pour comparaison, les taux les plus bas ont été relevés en Afrique du Sud (38%), en Australie (41%), à Hong-Kong (42%), en Pologne (43%) et au Royaume-Uni (43%).

Le risque reste notoire pour l'énergie et la métallurgie, mais la situation s'améliore

Les énergies

Le prix des matières premières a fortement soutenu les revenus et la solidité financière des entreprises du secteur de l’énergie, même si de nombreux défis se présentent sur sa route. Le principal facteur de risque est relatif aux conditions économiques et de financement. Malgré des marchés prometteurs et dynamiques, le taux d’endettement moyen du premier quartile est de 137%.

La métallurgie

La métallurgie reste un secteur à risque, avec un taux moyen d’endettement net de 119% pour le premier quartile. Mais l’environnement favorable de hausse du prix des matières premières a soutenu la croissance des revenus et du cashflow, et a engendré une contraction de 4 points du taux d’endettement pour les entreprises du secteur. Attention toutefois, car certains sous-segments du secteur affectés par les mesures protectionnistes pourraient souffrir prochainement et voir leur taux d’endettement s’accroître.






 
 

AGEFI




...