Roche: écueil britannique levé pour la reprise de Spark

lundi, 16.12.2019

Roche peut enfin faire un pas vers le rachat du laboratoire américain Spark Therapeutics grâce au feu vert du gendarme britannique de la concurrence.

Roche doit encore obtenir l'aval de la Federal trade commission étasunienne. (Keystone)

Le gendarme britannique de la concurrence a validé lundi le principe d'une reprise du laboratoire américain Spark Therapeutics par Roche. Ce feu vert de la Competition and markets authority (CMA) permet au mastodonte pharmaceutique rhénan de faire enfin un pas concret en direction de cette acquisition, qui doit toutefois encore obtenir l'aval de la Federal trade commission (FTC) étasunienne.

Depuis l'annonce du projet en février, la multinationale bâloise a dû surseoir pas moins de huit fois déjà à la concrétisation de ce rapprochement pour laisser le temps aux autorités précitées d'évaluer les implications de cette transaction.

Selon les termes convenus en début d'année, les actionnaires de Spark se voient offrir 114,50 dollars en espèces par action, valorisant la cible de reprise à 4,3 milliards de dollars (4,19 milliards de francs au cours actuel).

La CMA rappelle avoir ouvert son enquête pour déterminer si le rapprochement entre deux sociétés actives dans la franchise contre l'hémophilie A ne risquait pas de brider la palette d'options offertes aux patients souffrant de cette maladie.

Le régulateur britannique est parvenu à la conclusion que si la thérapie génique en développement avancé de Spark risque en effet de concurrencer l'Hemlibra déjà commercialisé par Roche, le laboratoire de Philadelphie n'est ni le seul ni à priori le mieux placé dans la course à une thérapie génique contre l'hémophilie A.

Le monde de la pharma recèle par ailleurs d'autres options de traitement en cours de développement, susceptibles d'offrir des alternatives viables aux produits de Roche et de Spark. La CMA rappelle avoir coopérer étroitement avec la FTC pour tirer ces conclusions.

Saluant un feu vert "inconditionnel" à leur projet d'union, du moins outre-Manche, Roche et Spark rappellent que le énième report de délai pour ce faire parvient à échéance ce lundi 16 décembre à 17 heures à New York (23h en Suisse) mais reste susceptible d'être encore une fois repoussé.

Dans les premiers échanges lundi, le bon de jouissance Roche s'appréciait de 0,6% à 302,45 francs, dans un SMI en hausse de 0,37%. (awp)






 
 

AGEFI




...