Cancer: des études présentées par Roche et Novartis

dimanche, 20.09.2020

Roche a présenté diverses données sur Tecentriq lors du congrès ESMO. Novartis pour sa part a communiqué des données avec Piqray et Spartalizumab

Roche et Novartis participent au congrès de l'ESMO qui se tient virtuellement jusqu'au 21 septembre. (Keystone)

Roche présente trois études de phase III avec son médicament Tecentriq (atezolizumab) pour le traitement du cancer du sein triplement négatif(TNBC). Ces données montrent un meilleur effet du médicament en combinaison avec la chimiothérapie, par rapport au placebo avec chimiothérapie, a indiqué Roche durant le week-end.

Les données finales des études sur les chances de survie correspondent aux données établies à mi-parcours. Les résultats d'une étude avec Tecentriq en combinaison avec Paclitaxel n'ont en revanche pas atteint le critère primaire qui était une survie sans progression de la maladie.

Jeudi, Roche avait annoncé vouloir présenter de nombreuses études durant le congrès ESMO qui se déroule du 19 au 21 septembre (virtuel en raison de la pandémie).

Novartis saisit également l'occasion du congrès ESMO pour présenter des données avec l'immunothérapie anticancéreuse Spartalizumab (PDR001). Celles-ci ont été réalisées en combinaison avec Tafinlar et Mekinist pour traiter le mélanome avancé mais n'ont pas atteint les objectifs, avait annoncé Novartis il y a environ un mois.

Même si le critère primaire n'a pas été atteint, une tendance importante s'est dégagée en faveur de la trithérapie, a indiqué Novartis lors de l'ESMO. Le géant bâlois avait déjà annoncé tester Spartalizumab en combinaison avec d'autres anticancéreux.

Novartis a aussi présenté des données avec Piqray (alepelisib) contre le cancer du sein en combinaison avec Fulvestrant et comparé à Fulvestrant seul. La thérapie s'adresse à des patients atteintes de cancer du sein avancé ou métastasé avec HR+/HER2 et avec mutation PIK3CA.

Piqray est le seul traitement homologué spécialement pour ces patientes en Europe, aux Etats-Unis et dans 15 autres pays. Fin juillet, la Commission européenne a donné son feu vert à la combinaison avec Fulvestrant en tant que monothérapie. (awp)






 
 

AGEFI



...