Risques de conflit commercial compensés par une croissance solide

mardi, 21.08.2018

Cédric Spahr*

La publication des résultats des entreprises américaines et européennes pour le 2e trimestre 2018 approche de sa fin et confirme la bonne santé de l’économie mondiale. 

72% des entreprises US comprises dans l’indice leader S&P 500 ont excédé les anticipations de croissance du chiffre d’affaires des analystes, alors que 85% d’entre elles ont dépassé les prévisions de bénéfices. Les chiffres publiés par les entreprises européennes ont été moins spectaculaires. Seuls 61% des entreprises de l’indice Stoxx 600 ont surpassé les prévisions de chiffre d’affaires, et un assez modeste 51% les prévisions de bénéfices. Ces résultats s’harmonisent assez bien avec les statistiques macroéconomiques que nous observons des deux côtés de l’Atlantique. Les entrées de commandes dans l’industrie américaines en juin continuent de croître à un rythme soutenu, alors que les entrées de commandes dans l’industrie allemande ont fortement corrigé en juin, peut-être le reflet des restrictions commerciales annoncées par les Etats-Unis.

Politique monétaire US clairement communiquée

La performance des marchés actions le mois dernier donne un léger avantage aux actions américaines. La tendance de fond positive sur le plan économique favorise une continuation de la tendance haussière de ces marchés ces prochains mois. La guerre commerciale que les Etats-Unis poursuivent, en particulier face à la Chine, constitue la seule incertitude majeure pour les investisseurs en ce moment, dans la mesure où la politique monétaire US est clairement communiquée. 

Conscience des risques de guerres commerciales

Nous estimons que les investisseurs ont désormais plus clairement conscience des risques de guerres commerciales, ce qui n’était pas le cas début juin. Si ces risques sont mieux pris en compte par les marchés, ceux-ci sont probablement aussi moins vulnérables face à l’évolution future des tensions commerciales entre les Etats-Unis et leurs partenaires commerciaux. 

L’imposition d’un taux de couverture de 20% sur les transactions à terme en devises par la Banque Centrale de Chine signale de manière claire aux marchés que la Chine a l’intention d’enrayer durablement la tendance baissière de sa monnaie face au dollar. Le but est de prévenir une dépréciation supplémentaire du yuan, qui donnerait au gouvernement américain des raisons de l’accuser de manipuler son taux de change, affaiblissant la position chinoise. Le sentiment des investisseurs vis-à-vis des marchés actions asiatiques semble être au plus bas.

Stabilisation des marchés boursiers les plus à risque 

La stabilisation des marchés boursiers les plus à risque comme le marché boursier du Japon et de la Chine semble le confirmer et laisse envisager un rebond haussier ces prochains mois.

*Stratège actions J. Safra Sarasin






 
 

AGEFI



...