Swisscom: pas de hausse de dividende envisagée

samedi, 24.11.2018

Recul structurel de la téléphonie mobile, investissements ... le directeur financier avertit qu'il n'y a pas de potentiel pour une hausse du dividende ces trois prochaines années.

Le dividende actuel est de 22 francs par action. (Keystone)

Swisscom fait face à une pression concurrentielle élevée et cela ne devrait pas changer prochainement. La pression sur les prix va continuer, a déclaré le directeur financier Mario Rossi à Finanz und Wirtschaft (édition en ligne). Le recul structurel de la téléphonie mobile devrait diminuer ces prochaines années et le programme d'économies et les investissements ciblés vont réduire le manque à gagner en terme de chiffre d'affaires, a-t-il affirmé.

Le directeur financier a averti: il n'y a pas de potentiel pour une hausse du dividende ces trois prochaines années, si on prend en compte les investissements dans le réseau fibre optique. De toute façon, le dividende actuel de 22 francs par action est confortable. Cela représente un total de 1,4 milliard de francs et est entièrement couvert par le cash-flow courant.

Fastweb va bien et peut encore aller mieux

La filiale italienne du géant bleu, Fastweb, est depuis longtemps un moteur de croissance. Cela reste la cas après l'arrivée d'Illiad sur le marché italien, une société qui, comme Salt en Suisse, fait partie de l'empire de l'entrepreneur français Xavier Niel, mais c'est devenu plus difficile, selon le CFO de Swisscom. La situation de Fastweb n'est cependant pas aussi mauvaise que celle d'autre concurrents, car l'entreprise n'a pas énormément de clients en téléphonie mobile.

Indirectement, Fastweb ressent cependant aussi une certaine pression sur les prix dans la bande large, en raison des offres combinées. Les clients italiens sont peu fidèles et le marché de masse est volatil, a indiqué M. Rossi. La stabilité de la clientèle d'entreprise en est donc d'autant plus importante.

Fondamentalement, Fastweb va bien et peut encore croître, selon le CFO, notamment dans la clientèle d'entreprises. Il n'y a en tout cas aucune raison de vendre cette filiale. La stratégie de "stand-alone" décidée pour Fastweb a fait ses preuve ces trois dernières années.

A la question de savoir si Swisscom ressent l'influence de Salt en Suisse, M. Rossi a relevé que cet opérateur va gagner une certaine part de marché dans les villes et atteindre un certain segment de clientèle. Dans la bande large, la situation du marché ne va pas changer pour le moment. (awp)






 
 

AGEFI



...