Rachat d'Osram: IG Metall ne veut toujours pas d'AMS

mercredi, 04.09.2019

Le syndicat allemand IG Metall veut mettre la pression sur les actionnaires pour dissuader le fabricant autrichien de capteurs AMS, coté à la Bourse suisse, de racheter Osram.

IG Metall continuera à s'opposer à la reprise d'Osram par AMS "sans des engagements fiables et juridiquement sûrs en matière d'emploi et de localisations, ainsi qu'un concept d'avenir convaincant". (Keystone)

Le syndicat allemand IG Metall est une nouvelle fois monté au créneau mercredi contre l'offre d'AMS pour le rachat d'Osram. Les sociétés américaines de capital-investissement Bain Capital et The Carlyle Group ont elles prolongé leur offre sur le fabricant de lampes, au lendemain de l'annonce du début de l'offre plus généreuse et concurrente d'AMS.

Le syndicat allemand IG Metall a fait savoir qu'il voulait mettre la pression sur les actionnaires pour dissuader le fabricant autrichien de capteurs, coté à la Bourse suisse, de mener à bien son projet. Il dit s'être déjà tourné vers un des actionnaires de référence d'AMS, Temasek.

Selon une porte-parole de l'organisation à Francfort, IG Metall continuera à s'opposer à la reprise d'Osram par AMS "sans des engagements fiables et juridiquement sûrs en matière d'emploi et de localisations, ainsi qu'un concept d'avenir convaincant".

Les synergies annuelles de 300 millions d'euros prévues par AMS ne sont rien d'autre qu'une "réduction massive des emplois". "Cela met en danger toute l'entreprise". Le syndicat ne tolèrera pas "le démantèlement" du fabricant de luminaires en difficulté. En cas de reprise, AMS a annoncé que des suppressions de postes seraient nécessaires et qu'il s'intéressait davantage à sa technologie qu'à un apport en termes de ventes.

Par ailleurs, les investisseurs américains Bain Capital et The Carlyle Group ont annoncé mercredi, selon l'agence allemande DPA, que les actionnaires ont jusqu'au 1er octobre pour se décider sur leur offre à 35 euros par action. Une annonce qui fait suite à celle d'AMS, mardi, sur le début de son offre de rachat sur Osram, pour une durée prévue de quatre semaines, jusqu'au 1er octobre.

Il a placé le taux d'acceptation minimum à 70% des actions de son homologue d'outre-Rhin pour considérer l'opération comme ayant abouti. Le prix proposé de 38,50 euros par titre en espèces. (awp)






 
 

AGEFI




...