Qu’est-ce que vous auriez envie de perdre?

lundi, 20.01.2020

Eloïse Basille*

Eloïse Basille.

En ce début d’année, les bonnes résolutions sont multiples: qu’est ce que je pourrais faire de plus, vivre en plus, gagner en plus? A priori on a plutôt envie de gagner, que ce soit gagner en expérience, en perspectives ou gagner de l’argent. Chacun peut ainsi se créer son petit enfer personnel pour arriver au paradis. Et si on se posait la question différemment: qu’est-ce que vous auriez envie de perdre?

Imaginez par exemple que vous puissiez tout à coup faire disparaître l’ensemble de vos idées reçues. Vous savez, celles qu’on se créée sans le savoir, que l’on nous transmet sans avoir conscience, à propos des gens, des choses, des lieux... Qu’est-ce qui se passerait en vous?

Le monde semblerait éventuellement moins logique, puisque les nuances et les incohérences nous apparaitraient de plein fouet. Peut-être aussi que votre curiosité d’enfant se réveillerait, que tout vous semblerait intéressant, nouveau, rafraichissant, énergisant.

Et si d’un coup de baguette magique toutes vos peurs inutiles s’envolaient? (La difficulté serait sans doute de trancher entre les peurs «utiles» et les peurs «inutiles».) Alors on pourrait oser vraiment, rêver en grand, trouvez des solutions originales aux problèmes de la vie. Qu’est-ce que ça changerait pour notre présent? et pour notre avenir?

En Programmation neurolinguistique, une théorie cognitive que j’utilise pour le développement de carrière et le business de mes clients, il apparait clairement que nous avons des automatismes, des comportements que nous mettons en place sans en avoir vraiment conscience, sans vraiment les avoir choisis, parce que l’on a appris à fonctionner de cette manière.    

Si on passait nos comportements à la loupe, et que l’on laissait partir ceux qui n’ont plus de sens pour nous, que ce se passerait-il? Des vies profondes, pleine de sens et vibrante.
Et si vous pouviez balayer toutes vos certitudes, celles qui vous disent qu’il faut absolument faire «comme ça» et ne surtout pas faire «comme ça»?

Ce qui changerait principalement, c’est que vous gagnerez en liberté, en légèreté, en créativité. Et aussi nous disposerions chacun d’une vision du monde différente, avec ses avantages et ses inconvénients.

Cependant, si nous pouvions enlever tous les «il faut», etc. nous aurions l’impression de vivre dans une société d’abondance, plutôt que de la rareté, car nous serions moins axés sur ce qui manque (soi-disant), et nous serions plus conscients que tout est là finalement, à notre portée. Et que perdre un petit peu ce ne serait pas si grave, voire même bénéfique.

Principalement ça changerait les relations interpersonnelles, que ce soit dans nos communautés, avec nos amis, avec nos gouvernements, en entreprise.

Parce que sans cette peur de perdre, cela changerait notre rapport au pouvoir. Celui que l’on peut avoir dans ces différents contextes. Nous aurions une plus grande puissance d’action, et moins de méfiance.

Perdre, laisser partir, abandonner: cela peut parfois engendrer une certaine solitude, et aussi une grande liberté. Et c’est un processus nécessaire, car pour vivre une nouvelle aventure, il faut lui donner de la place.

Et vous, qu’est ce que pourriez gagner... à perdre aujourd’hui?

*Formatrice en entreprise, Consultante et Coach professionnelle






 
 

AGEFI




...