Jusqu'à 50% de télétravail au Service du développement territorial vaudois

lundi, 21.01.2019

Quelque 80 collaborateurs du Service du département territorial peuvent désormais effectuer jusqu'à 50% de télétravail.

Ce télétravail, qui n'était pas autorisé jusque-là au sein du SDT, offre une plus grande flexibilité pour concilier vie privée et professionnelle. (Pixabay)

Première dans l'administration vaudoise: le Service du département territorial (SDT) propose une nouvelle manière de travailler basée sur la mobilité et la dématérialisation. Quelque 80 collaborateurs du SDT peuvent effectuer jusqu'à 50% de leur activité professionnelle en télétravail.

"Nous avons voulu une réforme importante", a déclaré la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro, cheffe du Département du territoire et de l'aménagement, auquel est rattaché le SDT, lundi devant la presse à Lausanne. Dans l'administration, ce service est celui qui va le plus loin en matière de travail flexible et de transition numérique, a-t-elle souligné.

Cette réorganisation est née de la volonté de faire évoluer le service et d'harmoniser les pratiques de management. Avec un déménagement prévu, le contexte était favorable, a ajouté Pierre Imhof, chef du SDT.

Nouveaux locaux

Fin décembre 2018, le SDT a en effet pris possession de ses nouveaux locaux à l'avenue de l'Université 5. Une partie d'entre eux se situe dans la récente surélévation de ce bâtiment administratif. Les espaces de travail ont été complètement repensés pour permettre au service d'appliquer sa nouvelle organisation.

Depuis fin août, 68 collaborateurs sur 78 du SDT peuvent travailler à l'extérieur des locaux du service. Ce télétravail, qui n'était pas autorisé jusque-là, offre une plus grande flexibilité pour concilier vie privée et professionnelle. Il permet également une diminution des déplacements pour les pendulaires, s'est réjoui la conseillère d'Etat.

Pour rendre possible cette mobilité, le SDT a initié la numérisation de son environnement de travail: quelque 7200 plans communaux ont notamment été numérisés. Ce travail se poursuivra tout au long de l'année, a souligné la ministre. A terme, chacun pourra accéder à l'ensemble de ses dossiers à distance.

Deux tiers séduits

Lancé fin août 2018, le télétravail est basé sur du volontariat; il peut être planifié ou non, consister en une journée pleine ou de juste quelques heures, en fonction des besoins. Toutes sortes de configurations sont possibles, a souligné M. Imhof.

Côté obligations, les collaborateurs doivent se rendre disponibles pour les moments cruciaux. La période de travail court de 6h à 20h. Le timbrage a été maintenu afin qu'une limite soit clairement établie entre vie privée et professionnelle et clairement établir le droit à la déconnection.

Selon un sondage effectué de septembre à novembre, 66% des collaborateurs ont profité de cette possibilité, dans une proportion allant de 1% à 39%, a détaillé celui qui pilote du projet.

Plus de place attribuée

Dans ses nouveaux locaux, le personnel du SDT, y compris la direction, ne dispose plus de bureaux attribués, sauf pour des fonctions spécifiques. Une quarantaine de places de travail sont réparties dans différents espaces de travail, allant du bureau pour une personne à des "open space".

Ce programme a pu être mis en place tout en réalisant une économie de 15% sur les surfaces à disposition. Il fera l'objet d'une étude de satisfaction. Ce nouvel aménagement intéresse beaucoup, a relevé M.Imhof qui déclare recevoir de nombreuses visites.

Refonte du service

Les changements réalisés avec le SDT sont en phase avec les objectifs du programme de législature du Conseil d'Etat: mettre en oeuvre la transition numérique et favoriser l'égalité entre les hommes et les femmes en offrant des conditions de travail souples et mobiles, a rappelé Mme de Quattro.

Cette nouvelle organisation marque également l'aboutissement d'une large refonte du fonctionnement du service demandée par la ministre. Elle a été engagée par Pierre Imhof dès son entrée en fonction à la tête du service en juillet 2015.

Ces dernières années, le SDT a mis en oeuvre une quarantaine de projets pour améliorer son fonctionnement et développer les échanges avec ses partenaires, notamment les communes et les mandataires. (ats)






 
 

AGEFI



...