Quelle est l’influence de la langue maternelle?

mardi, 23.06.2020

Céline Renaud*

Céline Renaud

Un dimanche après-midi, je suis en train d’interviewer et de filmer une jeune fille de 10 ans pour un projet d’apprentissage de langues. Elle habite à Genève et sa maman est Espagnole. Elle fait une vidéo très courte de présentation d’elle-même et du projet d’abord en espagnol puis la même en français.

Alors qu’elle a besoin d’un petit peu d’aide pour trouver la forme correcte notamment au subjonctif en espagnol, le français, qui est sa langue scolaire, lui paraît tout facile. Pourtant, quand je compare les deux vidéos à la suite, elle est beaucoup plus ouverte et émotionnelle et donc plus percutante dans la version espagnole. Et c’est sa première langue qu’elle a toujours parlé avec sa maman et toute sa famille en vacances d’été en Espagne. Donc même si son environnement parle le français et qu’elle pense qu’elle le maîtrise mieux, sa langue maternelle et émotionnelle reste l’espagnol.

Ce projet sur lequel nous travaillons ensemble est un projet d’enseignement des langues au travers d’histoires captivantes. Il est prouvé que nous apprenons mieux les langues en nous amusant! D’autre part, le cerveau des enfants est comme une éponge. Il est donc impératif d’apprendre les langues le plus tôt possible. Surtout en écoutant les gens parler. Une langue étrangère peut être apprise comme nous apprenons notre propre langue principale, c’est-à-dire en écoutant. Un enfant écoute et une fois qu’il est sûr de lui, il commence à parler. Cela a été aussi le cas de notre fille qui a commencé par parler le français au grand dam de ma mère qui avait peur qu’elle ne puisse pas parler le suisse allemand. Elle a simplement continué à l’écouter et s’est lancée au moment où elle était prête. D’ailleurs en Suisse, cette langue est si précieuse si nous voulons accéder à des postes à responsabilité au niveau national!

Ce projet d’apprentissage des langues se veut multitude de langues et dans les deux directions. Cependant, nous commençons avec l’apprentissage du suisse allemand pour les Romands car c’est tellement précieux de pouvoir au moins comprendre la langue parlée par la majorité des Confédérés. 

Peut-être que vous aussi vous avez subi 10 ans d’apprentissage d’allemand et de torture pour ne finalement pas arriver à conduire une conversation en bon allemand? Et quand vous passez le Röstigraben, vous vous rendez compte qu’ils parlent une autre langue! L’idée c’est de donner une boîte à outils et une chance supplémentaire à vos enfants pour avoir très tôt déjà entendu cette langue et peut-être même la comprendre par la suite plus facilement!

Il est dit que l’intelligence émotionnelle se construit chez un enfant entre l’âge d’un et quatre ans. Il est donc extrêmement important de garder contact avec la langue parlée à ce moment-là. Lors d’exercices de développement personnel, quand nous avons des déclarations à faire comme par exemple «j’ai du courage», il serait beaucoup plus efficace de les faire dans cette langue parlée à ce moment-là. Ce qui est le cas pour moi. Je suis née et j’ai grandi en Suisse romande et pourtant ma première langue parlée a été le suisse allemand. Et effectivement j’ai plus de courage si je l’énonce en suisse allemand!

D’ailleurs quand je donne des conférences, même si je maîtrise mieux le français, elles sont peut-être un tout petit peu plus émotionnelles en suisse allemand. Peut-être aussi parce que je simplifie les phrases. Le suisse allemand m’a également apporté beaucoup de succès avec notre entreprise et dans d’autres mandats.

Alors que nous mélangeons de plus en plus les différentes langues dans notre quotidien et que nous intégrons de plus en plus l’anglais, garder le contact avec notre langue parlée dans notre plus jeune enfance permet de garder une part importante de nous en joie et le lien à nos racines... et du succès.

* Entrepreneure et conférencière






 
 

AGEFI



...