Teva poursuivi pour entente sur les prix

dimanche, 12.05.2019

Quarante Etats américains poursuivent le groupe pharmaceutique Teva pour des arrangements avec ses concurrents. Des employés d'autres groupes sont également visés.

Une porte-parole de Teva en Israël, où se trouve le siège du groupe, a rejeté ces accusations, les qualifiant d'"allégations". (Keystone)

Le géant israélien des médicaments génériques Teva a assuré samedi qu'il entendait se défendre après l'annonce du lancement de poursuites contre lui aux Etats-Unis pour entente sur les prix avec d'autres laboratoires.

"Notre bureau est chargé d'une action en justice intentée par 40 Etats contre certains des plus grands fabricants de médicaments génériques, leur reprochant une entente sur les prix pour maximiser leurs bénéfices", a tweeté William Tong, procureur général de l'Etat du Connecticut, sans identifier les entreprises visées.

"Il s'agit d'un effort organisé de conspiration pour fixer les prix, ce qui est une infraction hautement répréhensible des lois antitrust", a-t-il ajouté.

Dans un entretien au quotidien américain Washington Post, il a relevé qu'il était "plus que décevant que le plus grand fabricant de génériques au monde soit l'un de ceux qui dirigent une opération d'entente à grande échelle".

Selon le journal, les quarante Etats ont décidé vendredi de poursuivre plus d'une dizaine d'anciens et d'actuels dirigeants de Teva. Des employés d'autres groupes sont également visés, d'après la chaîne CBS qui a diffusé des extraits de l'émission "60 Minutes" consacrée au sujet dimanche.

"Teva a conclu des arrangements avec ses concurrents de la plus haute qualité, pour piloter et suivre leurs hausses de prix respectives et cela s'est produit de façon très fréquente et avec succès", selon le texte de la plainte, cité par le Washington Post.

Cette opération "a affecté l'économie nationale à hauteur de plusieurs milliards de dollars sur plusieurs années", poursuit la plainte.

Une porte-parole de Teva en Israël, où se trouve le siège du groupe, a rejeté ces accusations, les qualifiant d'"allégations".

"Teva continuera d'examiner cette question en interne et il n'y a rien dans son comportement qui puisse indiquer une responsabilité civile ou pénale", a-t-elle affirmé à l'AFP.

"Teva fournit des médicaments de haute qualité à des patients partout dans le monde, tout en respectant toutes les lois et les règlementations", a-t-elle dit. "Nous continuerons à défendre résolument notre compagnie".

Interrogé sur CBS, le procureur du Connecticut a dénoncé "une vaste conspiration pour fausser le marché", raison pour laquelle selon lui les prix des médicaments "sont si élevés" aux Etats-Unis. Il a précisé que "des centaines" de médicaments étaient concernés par cette entente présumée.

La justice israélienne a condamné Teva en 2018 à une amende de 22 millions de dollars pour avoir versé des pots-de-vin à des responsables étrangers pour remporter des contrats en Russie, en Ukraine et au Mexique. (awp)






 
 

AGEFI



...