Virus et bactéries font leurs humanités

jeudi, 30.01.2020

Quand par hasard ou par accident, les bactéries et les virus vont fusionner, comment va réagir notre humanité ? Parce que tôt ou tard cette fusion aura lieu.

Pécub

Les outils de survie des germes pathogènes sont la résistance et la mutation. Sauf que l’on n’a pas encore tout découvert ce qui se cache dans leur boite-à-outils. Ils ont une expertise absolue dans leur domaine d’excellence. Les droits de l’homme évoquent la liberté de penser, les droits du microbe la liberté d’infecter. Cette liberté d’infecter, notre humanitude a de la peine à l’accepter. Le complexe de supériorité de l’homme sur la nature a encore de longs jours à méditer. L’expert en infections dira, mais voyons, les loups ne fusionnent pas avec les moutons ! Il en va de même avec les bactéries et les virus. Un questionnement d’incompétence s’impose. Qu’est-ce que l’on en sait ? Ni morale, ni quête de puissance, le microbe infecte et existe sans trop penser. Il s’adapte et se reproduit selon les événements et les circonstances. Sans véritable stratégie ni improbable objectif. Il fait ce que sa nature lui suggère de faire. Les virus et les bactéries sont des travailleurs professionnels avec des milliards d’années d’expériences et d’apprentissages. Pure folie et triste vanité de croire que dans nos laboratoires l’on découvrira ce qui les neutralisera. Il se pourrait même que la pénicilline d’Alexander Fleming soit un piège que ces astucieux microbes nous auraient tendu. Cela fait mal à notre homo-centrisme, rien que d’oser y penser.

Litige perdu d’avance ? Pas forcément, en fait le microbiote nous aime bien et il est possible de pactiser avec la peste et le choléra, il suffit pour cela de changer de mentalité. La recette de Nostradamus est à reconsidérer avec urgence, accepter la défaite et faire la paix. Celui qui commande et donne les ordres, ce n’est pas l’homme, c’est le microbe. Le changement de point de vue est radical. Le changement de chemin de vie est total. Comment signer un pacte de paix éternelle avec les virus et les bactéries ?

Proposition de méthode, ce que l’on va perdre, ce que l’on va gagner, comment optimiser la transaction. Une opération gagnant-gagnant est tout à fait possible, les microbes n’ayant aucun intérêt naturel évident à constamment résister ou muter. Ils apprécient le farniente, le calme et la sérénité. Le corps humain comme destination de vacances et non comme zone de combat. Réinventer notre mode de vie peut s’avérer extrêmement profitable, tant sur le plan de la santé que sur le plan économique. Se détacher des déterminismes artificiels imposés et se consacrer avec confiance et plaisir à l’accomplissement naturel de soi. Le programme de l’entreprise est dans le partage des humanités avec nos amis les virus et les bactéries.






 
 

AGEFI




...