Le travail temporaire en Suisse mis à mal par le coronavirus

mercredi, 29.04.2020

Presque un travailleur temporaire sur deux s'est retrouvé au chômage partiel après le confinement en Suisse, indique une enquête publiée par Swissstaffing.

Compte tenu de la faible baisse enregistrée en janvier (-5%) et février (-2%), le recul de l'activité sur l'ensemble du premier trimestre 2020 se limite à 6%. (Pixabay)

La crise liée au coronavirus a entraîné un recul de 12% des heures de mission effectuées par les travailleurs temporaires en mars, par rapport à l'année précédente. En moyenne, presque un travailleur sur deux a été mis au chômage partiel.

"Chaque semaine supplémentaire de confinement aggrave la situation et détruit des emplois fixes et temporaires", a déclaré Myra Fischer-Rosinger, directrice de la faîtière du travail temporaire Swissstaffing qui publie une enquête réalisée par gfs-zürich.

Compte tenu de la faible baisse enregistrée en janvier (-5%) et février (-2%), le recul de l'activité sur l'ensemble du premier trimestre 2020 se limite à 6%. Mais l'activité devrait plonger davantage au mois d'avril.

L'enquête montre que, en moyenne, presque un travailleur temporaire sur deux s'est retrouvé au chômage partiel après le confinement quand une entreprise de travail temporaire en a fait la demande. Cela a été le cas pour 60% des prestataires de services de l'emploi.

"L'absence de nouvelles embauches et les missions courtes qui touchent à leur fin contribuent davantage au recul de l'activité que les licenciements", qui sont "pourtant irrémédiables", selon le communiqué.

Si le recul de l'activité est appelé à s'installer dans la durée, "le chômage partiel ne sera légalement autorisé ni pour les employés permanents ni pour les travailleurs temporaires, il faudra donc modifier l'ordonnance de nécessité", ajoute Swissstaffing. (awp)

>>> Lire également notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...