Près de 4000 maçons vaudois ont défilé à Lausanne

lundi, 05.11.2018

Les maçons vaudois se sont mobilisés en nombre ce lundi à Lausanne pour protester contre le démantèlement de la Convention nationale.

Les manifestants étaient plus de 3000 selon la police, plus de 4000 selon Unia. (keystone)

Pas loin de 4000 maçons ont été en arrêt de travail lundi dans le canton de Vaud. Lors d'une manifestation à Lausanne, ils ont protesté contre le démantèlement de la Convention nationale (CN) par la Société suisse des entrepreneurs (SSE).

"Les patrons sont foutus, les maçons sont dans la rue", "tous ensemble, tous tous en grève", ont scandé les maçons dans les rues de Lausanne. Les manifestants étaient plus de 3000 selon la police, plus de 4000 selon Unia, à défiler dans un long cortège où ondulaient d'innombrables drapeaux rouges et blancs du syndicat.

Augmentation digne de ce nom

Les manifestants ont fait entendre leur voix, entonnant notamment l'émouvant chant de la révolution des oeillets portugais. Devant la foule, Nico Lutz, responsable du secteur construction du syndicat, a exigé "une augmentation salariale digne de ce nom, un contrat sans péjoration, pas de trous dans le salaire minimum et pas de contrats stagiaires".

Lors de leur parcours, les participants ont fait "un arrêt spécial" devant l'antenne romande de la SSE, lui laissant "en cadeau" une banderole "non aux 50 heures par semaine". La foule a hué et sifflé "des gens qui considèrent qu'on ne travaille pas assez, pas assez bien et qu'on est trop payé", selon les termes d'un syndicaliste.

Grande mobilisation

Venus de tout le canton, les maçons vaudois avaient convergé lundi depuis le petit matin vers la Place de la Navigation à Ouchy, avant de manifester en ville l'après-midi. Ils se sont mobilisés avec une très grande force, malgré les pressions exercées sur certains chantiers, a relevé Unia.

Les travailleurs sont très en colère contre la SSE qui veut leur imposer 300 heures de travail flexibles et la fin des salaires minimums pour certaines catégories de personnel. "Ce n'est pas seulement un manque de respect, cela met leur santé gravement en danger", a rappelé Pietro Carobbio, le responsable de la construction d'Unia Vaud.

Particularité du canton, la retraite anticipée des maçons à 60 ans est assurée par une solution vaudoise, a relevé Lucas Dubuis porte-parole d'Unia. Mais ils sont soumis à la CN et les autres revendications sont les mêmes que celles de leurs confrères des autres cantons.

Mardi à Zurich

La protestation continuera mardi avec une importante délégation de maçons vaudois qui prendra le train en direction de Zurich à l'occasion de la journée de protestation qui s'y déroulera. Ils manifesteront leur mécontentement devant le siège national de la SSE.

Au total, plus de 10'000 maçons sont déjà descendus dans la rue dans toute la Suisse pour défendre leurs droits entre octobre et novembre, a rappelé Nico Lutz. Le responsable participera vendredi à des négociations avec la SSE à Zurich. (ats)






 
 

AGEFI



...