Logistique des bactéries

dimanche, 17.11.2019

Premiers êtres vivants apparus sur terre, les bactéries sont en totale légitimité d’en être les véritables propriétaires.

Pécub

Le droit microbien ne s’exprime pour l’instant que très peu dans les Palais de Justice. Sauf peut-être pendant les saisons de grippes et refroidissements ou l’on observe les intervenants du Ministère Public tousser, frissonner, se moucher le nez, éternuer, avoir des poussées fiévreuses et autres maux de tête. Ce qui est le signe ostentatoire de la présence des germes pathogènes dans le cycle du système judiciaire. Bactéries, virus, champignons microscopiques, levures, moisissures, amibes, parasites, sont-ils arrivés là en fourgon blindé ou par la porte avec les moustiques, les infectés et les courants d’air ?

Ne parlez pas aux infections de violation de domicile, elles sont chez elles partout dans la biosphère, et si elles entrent en relation avec les autres êtres vivants, c’est pour faire des affaires. Le système nerveux central, le système cardio-vasculaire, le système respiratoire, le système digestif, le système musculaire, tous sont des partenaires naturels pour faire du commerce maladif ou viral. Ne menacer pas le staphylocoque doré ou désargenté, qui a élu domicile dans votre nez de privation de liberté. Il y est chez lui, et il compte bien y rester. Le droit immobilier ou le droit du bail, la bactérie propriétaire ou locataire n’en a cure. Tôt ou tard il y aura conflit, de qui Louis Pasteur sera-t-il juge ou avocat ? Mobiles et douée d’un pouvoir de reproduction-multiplication les bactéries sont définitivement du genre immortel, et donc le temps génétique-moléculaire joue en leur faveur.

Elles ont inventé la biologie et développé l’intestin et l’hygiène pour pouvoir prendre l’avion et voyager. Sans payer. L’argent, elles ne connaissent pas, elles règlent les notes d’honoraires en pestes ou choléras.

Si le système financier se grippe, il serait intéressant d’étudier le savoir vivre de nos amies les bactéries. Elles peuvent nous en apprendre beaucoup sur la conquête de nouveaux marchés, la production délocalisée, le marketing protéiné, le calcul des marges résistantes, les mutations nécessaires au réchauffement épidémique, et surtout la logistique à impact comptable zéro. L’homme industriel de la pensée carbonique aura-t-il un jour cette humilité?






 
 

AGEFI




...