Tomber sans se faire mal

vendredi, 07.06.2019

Pourquoi les pommes tombent-elles au sol et pas les étoiles? A cinq ans, le petit Léonard de Vinci tentait de comprendre la gravité ce qui le mènera, quelques années plus tard, à concevoir les premiers parachutes.

Pécub

C’est à l’âge de cinq ans que le petit Léonard est tombé de l’arbre de Vinci. La tête qui tourne remplie de soleils et d’étoiles, les genoux rappés, les mains griffées, les yeux surpris à ne pas pleurer. Que s’est-il passé. Et si j’étais tombé de plus bas, de plus haut, sur la tête, sur les pieds, dans une grande toile d’araignée, dans l’herbe géante du pré. Quand, à la fin de l’été les pommes tombent, elles se font mal? Et d’abord, pourquoi les pommes se laissent tomber?

Voltaire, Diderot et d’Alembert ont oublié le Vinci pour ne parler que de de Newpom. Si la pomme est tombée par terre, est-ce la faute à Rousseau? Le petit Léonard n’est pas en quête de gloire, s’il veut comprendre les lois de la nature, c’est juste pour jouer. En observant les pommes tomber, la question qui l’allume, c’est la lune. Cette lune qui brille dans le ciel, pourquoi elle ne tombe jamais? Et le soleil, et les étoiles? Les petites pommes tombent-elles plus vite que la grosse pomme?

Les calculs mécaniques du choc, l’inertie de l’herbe qui plie, les forces, les accélérations, la technique des rebonds, Léonard de Vinci à cinq ans tout-rond, se pose toutes ces questions. Il émet une première théorie, si je tombe de pas haut, c’est sans gravité. Si je tombe de très haut c’est avec gravité.

Je comprends mieux pourquoi l’âne ne grimpe pas aux arbres. C’est pour ne pas tomber. Et l’araignée, et les lapins, et le cochon qui mange les pommes pourries, c’est quoi la théorie. Si la chute existe, il doit bien exister une antichute. Ou alors une chute à l’envers qui ferait remonter les pommes aux arbres. La chute semble irréversible. Si l’antichute n’existe pas, il n’y a qu’à l’inventer.

Ce que fit Léonard quelques dizaines d’années plus tard. Il inventa le ralentisseur de chute. Comprenant par observation que si l’on tombe moins vite par terre, on se fait moins mal au derrière. Simplicité, efficacité, le drap de lit qui sèche au soleil et gonfle sous le vent, je le prendrai avec moi quand je monte aux arbres. Si je tombe, alors je le déplie et je m’accroche dessous. Je peux même y disposer une balançoire, histoire de s’amuser. Mon invention c’est le drap à chute.

L’expertise de lire à l’envers n’étant pas le fait de tous les experts, au fil du temps, le drap à chute deviendra parachute.






 
 

AGEFI



...