Pourquoi faites-vous ce que vous faites?

jeudi, 13.08.2020

Céline Renaud*

Céline Renaud

L’été venu, c’est le bon moment de faire le point notamment sur comment nous exerçons notre profession et surtout pourquoi. Selon le célèbre coach américain Tony Robbins, nous ne fonctionnons pas selon nos désirs mais clairement en répondant à certains besoins. 

Ainsi, il dénombre chez l’humain six besoins fondamentaux qui sont: le besoin de certitude, de variété, de sens, d’amour et deux plus spirituels qui nous permettent de nous réaliser, à savoir le besoin de grandir et celui de contribuer. Il est intéressant de nous observer nous-mêmes selon cet angle des six besoins, aussi bien au niveau de nos pensées, réactions, émotions, actions et comportements ainsi que de nos relations privées et professionnelles. Il est étonnant de noter qu’il y a une telle diversité d’humains et de comportements et que nous pouvons relier tout ce vaste ensemble à ces six catégories. 

Avoir des objectifs clairs

La différence réside simplement dans le fait que nous ne les valorisons pas de la même manière. Le but est de connaître nos deux besoins les plus importants pour comprendre notre manière de gérer notre entreprise ou nos équipes ou encore pourquoi notre vie est orientée de telle manière pour aller vers notre destinée. Ainsi, une personne aura absolument besoin d’avoir des objectifs clairs de sa hiérarchie ou de son conseil d’administration alors qu’à l’inverse un plan trop précis freinera une autre personne.  

Pour moi, mon premier besoin est clairement la contribution. Contribuer à un monde meilleur, aider les entrepreneurs et les entreprises, inspirer, écrire, parler en public et toutes ces activités possèdent ce même dénominateur commun qui est la contribution. Je me sens en mission. Et je fais tout ce que je peux pour contribuer. Et vous? Savez-vous ce qui vous pousse ou tire en avant? Est-ce que vous êtes entouré de personnes de confiance pour vous accompagner dans la gestion de votre entreprise et qui travaillent au même but? 

Refixer nos priorités

C’est pourquoi il est précieux de prendre ce temps estival pour faire le point et refixer nos priorités, abandonner ce qui ne sert pas notre route. Est-ce que je fais ce qui m’épanouit? Est-ce que je reste dans une relation privée ou professionnelle simplement parce que cela répond à un besoin plutôt qu’à mes rêves? Est-ce que les décisions que je n’ose pas prendre ne sont-elles pas encore prises pour éviter trop des problèmes en court terme plutôt que de voir à moyen ou long terme? 

Mettre en conscience nos actions et nos émotions nous aident sur la route de cet épanouissement. Est-ce que je fais ces choses par confort? Il est dit que le confort est à l’opposé du bonheur... Ce travail est vital, d’autant plus que l’actualité plus que jamais nous sollicite dans nos peurs, dans le stress et dans l’abondance de cette information omniprésente. 

Cela nourrit notre cerveau logique et rationnel et il est d’autant plus important de faire des activités qui nous permettent de nous évader, de faire travailler l’autre lobe du cerveau, d’être en contact avec la nature et le vivant, de voir «the bigger picture». L’été est donc le bon moment d’observer notre entreprise avec une vue d’ensemble, son fonctionnement et la manière dont nous conduisons notre vie privée et professionnelle. 

Et malgré le risque de sortir de notre zone de confort à court terme, le résultat à long terme sera très certainement mieux que nous l’imaginons. Donner du sens à nos actions, contribuer à la société, de manière plus large à l’humanité et à la vie, c’est très important. n

*Entrepreneure et conférencière






 
 

AGEFI



...