Les transporteurs demandent la prolongation des mesures de soutien

mercredi, 18.12.2019

Pour les transporteurs, les avantages liés à l'ouverture du tunnel de base du Ceneri ne se concrétiseront qu'avec un retard considérable pour le trafic de marchandises en transit alpin à travers la Suisse.

Les transporteurs déplorent un retard de l'expansion du corridor de fret "d'au moins une décennie". (Keystone)

Les transporteurs de marchandises s'inquiètent des retards que connaît l'expansion du corridor international de fret, malgré l'ouverture prévue du tunnel de base du Ceneri en décembre 2020. Afin de maintenir la compétitivité du trafic combiné, les opérateurs appellent les autorités à prolonger jusqu'en 2030 les mesures de soutien à la promotion de ce mode de transport.

A en croire les principaux acteurs du secteur, les avantages liés à l'ouverture du Ceneri ne se concrétiseront qu'avec un retard considérable pour le trafic de marchandises en transit alpin à travers la Suisse.

Dans une note diffusée mercredi, les opérateurs Hupac, BLS Cargo, CFF Cargo, ainsi que les faîtières VAP (chargeurs), UTP (transports publics) et Astag (transport routier) signalent que les gains de productivité ne sont "que la moitié de ce qui avait été initialement prévu".

Les signataires du document déplorent un retard de l'expansion du corridor de fret "d'au moins une décennie" et proposent une "orientation à plus long terme de la politique de transfert du trafic" assortie de mesures supplémentaires, notamment des contributions d'exploitation de 55 millions par an à partir de 2024.

Les nombreux chantiers de construction et les restrictions de capacité liés à l'expansion de l'infrastructure se traduisent par des déficits de qualité - notamment une forte détérioration de la ponctualité au cours des dix dernières années - qui risquent de "peser lourdement sur la productivité jusqu'en 2030 au moins", préviennent les acteurs du secteur.

Afin de réduire les risques d'interruption, ils appellent également à l'extension des voies d'accès dans le nord, qui "ne correspondent pas encore aux paramètres des corridors de transit à travers la Suisse et ne transportent donc actuellement qu'un faible volume de trafic".

Rappelant qu'il en va de l'intérêt de la Suisse et de sa politique de transfert, les signataires invitent les autorités à "prendre une initiative appropriée sous la forme d'un traité" avec la France et la Belgique afin de développer des itinéraires alternatifs. En Allemagne, l'augmentation de capacité fait l'objet d'un accord contractuel, mais sa finalisation a été reportée à 2040. (awp)






 
 

AGEFI




...