Pour éviter la pénurie, la Suisse va importer 1000 tonnes de beurre

jeudi, 23.04.2020

Pour éviter une pénurie de beurre en Suisse, étant donné une baisse de production indigène, l'interprofession du lait a déposé une demande d'importation de 1000 tonnes de beurre.

Vu le manque actuel de graisse lactique, il faut s'attendre à de légères hausses de prix sur le marché indigène du beurre. (Keystone)

La production suisse de beurre est inférieure à celle de l'année passée, alors que la demande a augmenté. Pour éviter une pénurie, l'Interprofession du Lait (IP Lait) a déposé cette semaine une demande d'importation de 1000 tonnes de beurre auprès de la Confédération.

Les stocks n'atteignent actuellement que 1500 tonnes, souligne jeudi l'IP Lait dans un communiqué. Or, pour assurer l'approvisionnement pendant toute l'année, ils devraient être de 4000 à 5000 tonnes à la fin avril.

La décision de déposer une demande d'importation auprès de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) "n'a pas été facile à prendre", souligne l'IP Lait, qui aurait préféré que le beurre soit produit en Suisse. Elle n'a pu être prise que moyennant l'engagement des transformateurs et du commerce de reporter la plus-value générée par la hausse du prix du beurre suisse aux producteurs.

Vu le manque actuel de graisse lactique, il faut en effet s'attendre à de légères hausses de prix sur le marché indigène du beurre. Pour les fournisseurs, cela représente une augmentation de prix de 0,6 à 1 centime par kilo de lait. Près de 43'000 tonnes de beurre sont vendues chaque année en Suisse.

"Pas indiqué"

La demande de l'IP Lait fait bondir les agriculteurs. Pour l'Union suisse des paysans (USP), cette décision est totalement incompréhensible et fait un affront aux producteurs suisses de lait. Les stocks de beurre ont grossi ces dernières semaines. Quant aux producteurs de lait, ils se voient toujours imposer des déductions sur les exportations de matière grasse du lait.

Les prix à la production diminuent partiellement en mai, alors que les déductions restent élevées. La hausse annoncée pour juillet des prix à la production se révèle insuffisante dans ce contexte. Pour l'USP, il est donc hors de question d'importer du beurre dans les circonstances actuelles.(awp)






 
 

AGEFI



...