Facebook ouvre une «war room» pour les élections européennes

lundi, 06.05.2019

Pour éviter que les élections européennes ne soient perturbées par une utilisation frauduleuse du réseau social, Facebook vient d’ouvrir une cellule de crise à Dublin.

SG

C’est la troisième fois que Facebook met en place une telle cellule. Keystone)

Facebook veut s’assurer que les résultats des élections européennes ne soient pas entravés par une utilisation frauduleuse du réseau social. Dans ce but, le réseau social de Mark Zuckerberg vient d’ouvrir une cellule de crise à son siège de Dublin, indique le New York Times

Cette «war room», qui a pris ses quartiers début mai dans la capitale irlandaise, est en place pour une durée déterminée, soit jusqu’à l’élection du Parlement européen qui se tiendra entre le 23 et le 26 mai dans les 28 Etats-membres. La structure est chargée de surveiller non seulement Facebook, mais aussi les autres plateformes du groupe, Instagram et WhatsApp. 

>> Lire aussi: Facebook dévoile sa War Room pour lutter contre les manipulations

L’objectif principal de la trentaine d’employés affectés à la «war room» est de supprimer les faux comptes ainsi que les contenus haineux et ceux propageant de fausses informations sur le scrutin. 

C’est la troisième fois que Facebook met en place une telle cellule. La première «war room» a été mise sur pied l’an dernier en Californie lors des élections de mi-mandat aux Etats-Unis et de l'élection présidentielle au Brésil. Une deuxième structure a vu le jour récemment à Singapour dans le cadre des élections législatives indiennes. 

Facebook a décidé d’augmenter la surveillance de ses réseaux à l’approche d’élections majeures après la propagation de fausses informations lors de l’élection présidentielle américaine de 2016.  






 
 

AGEFI



...