L'élection d'Emmanuel Macron et le Brexit sont "positifs" selon Calmy-Rey

lundi, 12.06.2017

Pour Calmy-Rey, le nouveau gouvernement français a le même objectif que la Suisse d'un point de vue politique comme économique. De plus la Suisse pourrait profiter du Brexit sur le marché européen.

Calmy-Rey s'exprimant devant la rédaction de RTS

L'ancienne conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a affirmé que l'élection d'Emmanuel Macron constitue une bonne nouvelle pour la Suisse, tout comme le Brexit. L'ex-ministre des affaires étrangères s'est exprimée sur la politique étrangère de la Suisse lors d'une conférence en Valais.

Le nouveau président français a "le même objectif" que la Suisse: "renforcer l'Europe". C'est pourquoi "pour la Suisse, son élection constitue une bonne nouvelle, aussi bien politique qu'économique", a déclaré Micheline Calmy-Rey lors d'une interview parue lundi dans "Le Nouvelliste".

"La Suisse est intéressée à une Europe forte: avec les bilatérales, nous sommes ancrés au grand marché européen car la moitié de nos exportations sont destinées à ce marché-la. Une Europe forte est également dans l'intérêt de notre propre sécurité et des valeurs que nous défendons à l'international", a-t-elle détaillé.

Le programme de M. Macron - avec comme objectif celui de mieux intégrer les politiques des pays de la zone euro - "permet d'envisager plus positivement d'autres possibilités de lien entre Etats européens". Parmi ces possibilités, "la voie suisse, celle des bilatérales", a précisé l'ancienne conseillère fédérale.

Pour Micheline Calmy-Rey, "le nouveau mode de gouvernement français rappelle le système suisse". Il prend en compte "la gauche et la droite de l'échiquier politique en les faisant dialoguer."

Par ailleurs, Micheline Calmy-Rey s'est exprimée sur le Brexit. Theresa May, qui a perdu jeudi la majorité absolue au Parlement, aura de la peine à faire passer un Brexit dur. "La Grande- Bretagne devra composer avec différentes forces politiques à l'intérieur et négocier avec finesse", analyse-t-elle.

La Grande-Bretagne risque de se retrouver "dans la même situation que la Suisse en ce qui concerne l'accès au grand marché européen". La Suisse pourrait en tirer profit, selon Micheline Calmy-Rey.

DÉMOCRATIE EN RECUL SOUS TRUMP

Micheline Calmy-Rey s'est également exprimée sur la politique du président américain Donald Trump. Ce dernier "n'apparaît pas comme un isolationniste classique: il s'appuie, lui aussi, sur des alliances, mais en modifie les contours", a-t-elle analysé en ajoutant que "la promotion des droits humains et la démocratie reculent."

Ce qui frappe l'ex-conseillère fédérale, c'est "la difficulté que l'on a à lire la politique du président américain". "La communauté internationale fait face à des affirmations spontanées, corrigées ensuite", a-t-elle affirmé, en mentionnant la réunion du G7 durant laquelle Trump ne s'était pas engagé a respecter l'article 5 de la charte de l'OTAN (le principe de la défense collective), mais en affirmant quelques jours plus tard que les USA seraient solidaires avec l'Europe.

Pour Micheline Calmy-Rey, la politique de M. Trump paraît différente de celle de ses prédécesseurs - à l'instar d'Obama - fondée sur le principe de raison et des solutions diplomatiques, avec des partenariats et des alliances telles que l'OTAN. Selon elle, l'éloignement américain a bouleversé l'équilibre qui voyait les Etats-Unis comme les garants de la paix et de la sécurité en Europe. (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...