Poule aux œufs d’or, acte second

dimanche, 24.11.2019

Pécub

Pour des raisons évidentes d’optimisation économiques et industrielles, l’entreprise Porcherie et l’entreprise Poulailler décidèrent de fusionner. Les deux conseils d’administration avaient trouvé, qu’en ces temps d’incertitude, c’était une excellente idée. 

Il faut nommer les meilleurs gestionnaires au pilotage du projet, responsables, audacieux, analytiques, créatifs, pour mener à bon terme le mariage d’intérêt. Madame Poule et Monsieur Cochon, par leur expertise et leur leadership devraient faire le job avec résultat et réussite. Réunions de mise en cohésion, de partage de compétences, de recherche et développement, de management, tout doit être socialisé. Plus besoin de deux services administratifs, de deux services de contrôle qualité, de deux services d’inventivité, de deux services de promotion vente, l’économie d’échelle est institutionnalisée. La coupe dans les coûts fera le bonheur des actionnaires.

Pour aller à la conquête de juteux marchés il faut avoir un produit d’appel augmenté. L’idée géniale saute aux yeux de Madame Poule et de Monsieur Cochon. Ensemble nous allons produire des œufs au jambon. La poule pondeuse, opératrice constante et dynamique, assumera largement sa fonction. Le poulailler livrera à l’heure. Pour la composante jambon, le cochon devra faire preuve d’esprit de sacrifice. Monsieur Cochon réalisant en philosophe qu’il perdra un peu plus que son âme dans la combinaison. Le business c’est le business. Les œufs au jambon sont un succès. Ils sont de tous les petits déjeuners d’affaire. La bourse fait bondir l’action et personne ne pleure la disparition du cochon.

Il y a aujourd’hui encore quelques très belles poules aux œufs d’or. Le bénéfice financier à court terme favorise les décisions de mariages précipités et de coupes dans les budgets. Pas le temps ni le travail de réflexion. Est-ce bien, n’est-ce pas bien ? Si je vends un bras, il y aura moins de poids à porter pour les deux jambes. A quoi bon deux yeux, un suffira. Notre équipe a les meilleurs attaquants on peut se passer du gardien. Externaliser l’activité du cerveau pour en finir avec la prise de décision. On perd à long terme certes, cependant l’on gagne dans l’immédiat.

Le cochon n’étant plus là, une prochaine fusion de poules aux œufs d’or nous vendra, des œufs brouillés ou des œufs au plat.(awp)






 
 

AGEFI




...