Polyphor décroche, dans la foulée d'une interruption forcée d'étude avancée

vendredi, 10.05.2019

Polyphor doit surseoir avec effet immédiat le recrutement de patients pour ses études de phase III PRISM-MDR ET PRISM-UDR sur le murepavadin dans l'indication contre la pneumonie nosocomiale.

Cette interruption des études de phase III est "décevante, mais la sécurité des patients revêt une grande importance pour Polyphor", a déclaré le président du conseil d'administration.(Keystone)

Des incidents plus élevés que prévu ont été constatés avec des défaillances de reins dans le cadre de l'étude PRISM-MDR.

Les investisseurs sanctionnaient sévèrement ce coup dur, porté à l'un des deux traitements expérimentaux les plus avancés de la société biotechnologique zurichoise.

La fréquence des défaillances rénales observées a été de 56% des patients traités, alors qu'elle n'aurait pas dû excéder 25% à 40%, selon l'état des connaissances scientifiques actuelles et les données récoltées auprès des patients non traités.

La décision d'interruption a été prise en collaboration avec le comité indépendant de surveillance des données. Polyphor présentera des informations sur une éventuelle reprise des deux études avancées en question au mois de juillet prochain, dès que les données disponibles auront été examinées.

Cette interruption des études de phase III est "décevante, mais la sécurité des patients revêt une grande importance pour Polyphor", a déclaré le président du conseil d'administration et directeur médical et de développement Frank Weber, cité dans le communiqué. La société examine les raisons de ces événements et cherchera des idées pour régler ces problèmes.

"L'impensable s'est malheureusement vérifié pour Polyphor", résume la Banque cantonale de Zurich (ZKB) dans un commentaire vendredi matin. Michael Nawrath recommande dans la foulée l'action à la vente, au lieu de l'achat jusqu'alors. La probabilité d'une homologation du murepavadin a été revue à 5%, contre encore 50% récemment.

Les espoirs fondés sur le murepavadin constituaient plus de deux tiers de la valorisation boursière de Polyphor, qui va désormais devoir tout miser sur la phase III récemment lancée sur le balixafortide en oncologie, poursuit l'analyste en charge de la biotech bâloise.

A 10h00, la nominative Polyphor dévissait de 47% à 13,50 francs, dans un SPI en hausse de 1,08%.(awp)






 
 

AGEFI



...