Initiative contre le lobbyisme des caisses maladie au Parlement

mardi, 03.10.2017

Plusieurs associations lancent une initiative visant à interdire aux parlementaires de siéger dans les directions des caisses d'assurance-maladie. Ils estiment que la collusion entre politiciens et assureurs bloque toute évolution favorable aux assurés.

"On ne peut être à la fois surveillé et surveillant, régulateur et régulé", écrit le comité d'initiative "stop lobby assureurs".(Keystone9

Des associations de consommateurs et d'assurés, ainsi que des organisations politiques lancent une initiative visant à interdire aux parlementaires de siéger dans les directions des caisses d'assurance-maladie. La récolte de signatures commencera en octobre.

"On ne peut (...) être à la fois surveillé et surveillant, régulateur et régulé", écrit le comité d'initiative "stop lobby assureurs" dans un communiqué transmis dans la nuit de lundi à mardi, citant l'exemple des dirigeants de La Poste et des CFF qui n'ont pas le droit de siéger au Parlement.

Les initiants estiment que la "collusion" entre politiciens et assureurs bloque toute évolution "favorable aux assurés" de la loi sur l'assurance-maladie (LAMal) et met en péril le libre choix du médecin. Ils dénoncent une mainmise des mandataires des assureurs dans les commissions de santé et consacrées aux assurances sociales.

Une autre initiative populaire, intitulée "Assurance-maladie. Pour une liberté d'organisation des cantons", a été lancée vendredi, au lendemain de l'annonce des primes 2018. Son but est de donner aux cantons la liberté de créer une institution cantonale chargée de compenser l'ensemble des coûts à charge de l'assurance obligatoire des soins. Il doit également leur permettre de fixer et d'encaisser les primes cantonales.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé jeudi une augmentation des primes de l'assurance-maladie de 4% en moyenne en 2018 pour les adultes et de 5% pour les enfants. La hausse correspond à 18 francs, à 465,30 francs dans le premier cas, et à 5,30 francs, à 110,50 dans le second.

Elle s'applique pour la prime standard, c'est-à-dire l'assurance obligatoire des soins pour un adulte avec une franchise de 300 francs comprenant la couverture accidents. Ce taux moyen cache de grandes différences selon les assurés, sachant qu'il existe quelque 280'000 modèles de primes disponibles. Certains assurés verront ainsi leurs primes exploser de 21,9%.(awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...