Un drone postal pour transporter des médicaments entre hôpitaux

mercredi, 04.10.2017

Phase numéro 2 du projet d'une liaison de drones de la Poste. Des échantillons de laboratoire et des médicaments requis en urgence seront transportés pour la première fois par drone entre deux hôpitaux de Lugano.

L’objectif des partenaires est d’assurer le transport régulier par drone entre les deux hôpitaux à partir de l’été 2018.

La Poste, le réseau hospitalier EOC et le fabricant de drones Matternet ont testé, pour la toute première fois, une liaison de drones entre deux hôpitaux à Lugano en mars 2017.

Le projet entre maintenant dans sa deuxième phase de test.

Après que le transport par drones a fait ses preuves au printemps en termes de sécurité, de viabilité pratique et de fiabilité, de vrais échantillons de laboratoire ou des médicaments requis en urgence seront transportés pour la première fois par drone entre deux hôpitaux.

L’objectif des partenaires est d’assurer le transport régulier par drone entre les deux hôpitaux à partir de l’été 2018.

Les nouveaux vols d’essai entre l’Ospedale Italiano et l’Ospedale Civico auront lieu à partir du mois d’octobre. Des spécialistes du fabricant de drones Matternet supervisent étroitement les vols sur place.

Pour les hôpitaux de Lugano, les tests s’appuieront le plus possible sur le futur processus logistique entièrement automatisé. Cela devrait permettre d’échanger des échantillons de laboratoire pour la toute première fois.

Dans ce contexte, un contenant de sécurité sera utilisé qui satisfait à toutes les directives en matière de transport de matières biologiques.

Les drones seront de nouveau chargés manuellement pour ces vols d’essai. À l’avenir, cependant, il est prévu d’utiliser une station logistique entièrement automatisée de Matternet. Cela permettra au personnel hospitalier de charger les drones sans les prendre en main et de lancer le décollage via une application sur smartphone.

Les premiers vols d’essai se sont bien déroulés

Depuis la présentation du projet fin mars 2017, près de 100 vols d’essai autonomes ont eu lieu entre les deux hôpitaux. Ces vols d’essai ont permis de démontrer que le drone satisfait aux exigences élevées en termes de sécurité, de viabilité pratique et de fiabilité.

Le quadricoptère utilisé à Lugano est spécialisé dans le transport de marchandises légères d’un poids maximum de deux kilogrammes. Son diamètre mesure 80 centimètres (sans les pales des rotors), il offre une portée maximale de 20 kilomètres et vole à une vitesse moyenne de 72 km/h. Pour des raisons de sécurité, l’autopilote et d’autres capteurs importants (p. ex. altimètre, accéléromètre, gyromètre) ont été installés à double.

À partir des expériences faites lors des vols d’essai de mars, le drone a été complété notamment par le système FLARM: à travers ce système anti-collision et d’information sur le trafic, le drone envoie d’une part un signal visible par les autres aéronefs et, d’autre part, il reçoit lui-même les signaux d’autres avions ou de drones et peut y réagir en conséquence.

En cas de défaillance totale du système électronique, un parachute est automatiquement déclenché. Enfin, un «landing pad» émettant un signal infrarouge est mis en œuvre aux points de décollage et d’atterrissage, et permet au drone d’atterrir avec une très grande précision.

À l’avenir, les drones compléteront de manière judicieuse la distribution traditionnelle des colis, sans pour autant la remplacer. En plus des drones, la Poste teste également d’autres systèmes autonomes comme les robots de livraison ou les navettes intelligentes.


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...