Euronext courtise les pépites technologiques helvétiques

mercredi, 14.11.2018

Pépinière de sociétés technologiques dans des domaines variés, la Suisse figure en bonne place sur les radars des places financières mondiales, malgré une certaine réticence culturelle à voir les choses en grand.

Soeren Bjoenness, responsable d'Euronext pour le marché suisse."Il y a encore cinq ans, les jeunes pousses suisses manquaient souvent d'ambition."

Principal opérateur boursier en Europe, le néerlandais Euronext note une prise de conscience croissante des entrepreneurs suisses sur la nécessité d'atteindre une masse critique. 

"Il y a encore cinq ans, les jeunes pousses suisses manquaient souvent d'ambition. Depuis, les mentalités ont progressivement changé et de plus en plus d'entre elles ont pris conscience de la nécessité de croître pour s'imposer dans leur domaine de manière indépendante", a expliqué Soeren Bjoenness, responsable d'Euronext pour le marché suisse.

Sans cacher les visées de sa société sur le territoire helvétique, l'ancien conseiller aux entreprises préfère mettre en exergue les atouts de l'opérateur des places de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne ou encore Dublin pour les sociétés confrontées au traditionnel gouffre de financement entre le moment de leur établissement et celui de leurs premiers bénéfices.

"Le franchissement du seuil de rentabilité nécessite souvent des fonds que les sociétés peinent à lever. C'est notamment le cas en Europe et plus particulièrement en Suisse", poursuit M. Bjoenness.

"Nous disposons d'un écosystème idéal, composé de conseillers ou encore de banques, qui sont autant d'opportunités de mise en réseau, pour permettre à ces sociétés de réaliser leur potentiel de création de valeur avant de se lancer en Bourse", assure M. Bjoenness. Le programme de préparation à une entrée en Bourse d'Euronext comprend actuellement 11 entreprises suisses, sur 135 réparties à travers l'Europe.

Parmi les derniers représentants helvétiques en date de cet incubateur de sociétés cotées à avoir sauté le pas, le laboratoire genevois GeNeuro a préféré début 2016 Euronext Paris à SIX Swiss Exchange ou encore au Nasdaq new yorkais.

Outre une proximité naturelle avec le groupe français Biomérieux, dont il est issu, ainsi qu'avec son partenaire Servier, GeNeuro a expliqué sa préférence pour la Ville lumière par la relative simplicité des procédures et par la modestie de la base d'investisseurs sur la place financière zurichoise, entre autres.(ats)






 
 

AGEFI



...