Patois et digital, pour le passé et l’avenir

mardi, 18.09.2018

Fabrice Camus*

Fabrice Camus

Rappelons-le, les patois romands sont en voie d’extinction. Le Glossaire des patois de la Suisse romande (GPSR) se présente comme étant «[...] depuis 1899, un acteur essentiel dans la mise en valeur du patrimoine linguistique romand. Etabli à Neuchâtel, il est l’un des quatre Vocabulaires nationaux de la Confédération helvétique. Tout comme ses confrères alémanique, grison et tessinois, il a pour mission de documenter le plus complètement possible les patois de son domaine linguistique, d’en faire l’analyse lexicologique et de rendre celle-ci accessible au public et au monde scientifique sous la forme d’un dictionnaire dialectal de grande ampleur».

Surannés les patois? Certainement pas! À l’ère du digital, le GPSR a su se tourner vers l’avenir. En effet, le GPSR et l’Institut de la digitalisation des organisations (IDO) de la Haute école de gestion Arc fêteront en septembre prochain leurs 20 ans de collaboration par la mise en ligne des 7000 pages déjà rédigées du Glossaire des patois de la Suisse romande, le dictionnaire dialectal du GPSR. La rédaction du Glossaire a démarré en 1924, par la lettre A- et compte actuellement plus de 30.000 articles. Cette année, la rédaction des articles de la lettre G- est sur le point de s’achever...

En 1998, l’ambition du GPSR fut de se doter d’un système d’information (SI) linguistique destiné à capitaliser et pérenniser la connaissance acquise par le travail d’analyse lexicologique tout au long de ces années de rédaction passées et futures. Grâce à la collaboration avec l’IDO, le GPSR bénéficie d’un SI permettant de stocker les éléments-clés des articles du Glossaire tels que les lemmes, l’étymologie et les variantes phonétiques.

Le digital a encouragé et concrétisé l’ouverture du Glossaire et de ses patois au monde scientifique, mais aussi au grand public. En effet, une application réalisée par l’IDO est disponible sur internet depuis 2017 et permet d’effectuer dans ce SI des recherches selon différents critères linguistiques. Cette application étant dédiée surtout au monde scientifique, le GPSR a initié le projet de rétrodigitalisation du Glossaire:«[...] grâce au soutien financier de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH), ce projet a pour objectif de créer une version rétrodigitalisée du Glossaire des patois de la Suisse romande qui puisse être publiée sur Internet et ainsi être accessible à un vaste public». Ce projet, réalisé par un intervenant tiers, a permis de fournir une version textuelle et numérique des 7000 pages du Glossaire.

Le GPSR a mandaté l’IDO pour réaliser la mise en ligne de l’intégralité du Glossaire rétrodigitalisé et ainsi offrir des mécanismes de recherches «plein-texte». De nombreux défis techniques ont dû être relevés, tels que restituer fidèlement la typographie riche et variée employée dans les articles, mais aussi permettre de faire des recherches dans un contenu textuel patois utilisant des caractères spéciaux pour traduire au mieux les sons du patois. Le digital permet de créer de nouveaux modèles d’affaires et de générer de la valeur, mais il permet aussi de préserver le passé et de le (re)mettre en valeur.

* Enseignant-chercheur IDO, HEG Arc






 
 

AGEFI



...