«Une baisse qui s’annonce temporaire»

mardi, 06.02.2018

Opinions. L'Agefi a recueilli les avis de la communauté financière romande sur les secousses actuelles sur les marchés financiers.

Daniel Varela*

Nous pensons qu’il est souhaitable de garder son calme face à cette recrudescence de la volatilité sur les places financières et qu’il convient même de se préparer à saisir l’opportunité de renforcer les positions sur certains titres malmenés.

Wall Street a trébuché ces derniers jours après une longue période de hausse ininterrompue marquée par l’absence de volatilité et de véritable correction. La tension observée sur les taux longs semble en être la cause. Mais on peut également citer les inquiétudes liées au changement de président à la tête de la Fed ou des craintes infondées de retour précoce de l’inflation à la suite de l’accélération des salaires horaires en janvier aux Etats-Unis. Cette chute s’est généralisée à l’échelle planétaire. A moins que la baisse des bourses ne se poursuive durablement, l’impact sur l’économie réelle devrait être négligeable.

A vrai dire, elle intervient dans un contexte économique très porteur. L’économie américaine démarre 2018 sur des bases très solides comme en témoignent d’importantes créations d’emploi enregistrées en janvier et un indicateur du climat des affaires dans les services au plus haut depuis 2005. Et la croissance mondiale continue d’accélérer dans la grande majorité des zones géographiques dans un contexte où l’inflation ne montre pas de réels signes de réveil à l’exception des rémunérations des salariés américains. Rien ne justifie par conséquent un dérapage important sur les taux longs.

Car, globalement les politiques monétaires restent très accommodantes dans le monde à l’exception de la Réserve fédérale américaine qui a commencé à relever ses taux très progressivement. Cette correction, bien que violente, nous semble temporaire et ne remet pas en question notre opinion positive à l’égard des actions. Elle permet de nettoyer l’optimisme qui a atteint des niveaux extrêmes à fin janvier. Elle permet également de retrouver des niveaux de valorisations plus raisonnables dans un contexte d’accélération des bénéfices des entreprises. Par conséquent, nous pensons qu’il est souhaitable de garder son calme face à cette recrudescence de la volatilité sur les places financières et qu’il convient même de se préparer à saisir l’opportunité de renforcer les positions sur certains titres malmenés dans les prochains jours ou semaines.

*Chief Investment Officer, Banque Piguet Galland

A lire aussi:

«Les marchés restent fragiles»

«De nombreux supports techniques ont été cassés. Ils ne seront pas faciles à reconstruire»

«Les Bourses devraient se resynchroniser avec les fondamentaux»

«C’est le pire événement de risque depuis 2011»

«La volatilité est de retour dans les marchés!http://www.agefi.com/home/marches-et-produits/detail/edition/online/article/la-volatilite-est-de-retour-dans-les-marches%21-469671.html»

 

 






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...