High yield: une duration courte pour éviter des pertes en capital aux investisseurs

lundi, 17.12.2018

Obligataire. Ces obligations à haut rendement présentent un potentiel de rendements relatif attractif et avec un risque de taux limité.

Sunita Kara*

Il y a dix ans, la faillite de la banque Lehman Brothers faisait la une des journaux. La principale victime de la crise financière mondiale a alors exposé les liaisons dangereuses entre la finance et une économie globalisée. Les grandes banques centrales du monde entier ont coopéré pour baisser les taux d’intérêt et atténuer les effets récessionnistes. Les investisseurs sur les marchés obligataires ont quant à eux vu une ère nouvelle s’ouvrir, marquée par une décennie de taux bas et des achats d’actifs sans précédent de la part des banques centrales. L’heure de l’assouplissement quantitatif avait sonné. Dans un sens, la période qui a suivi la crise financière mondiale, soutenue par les liquidités procurées par l’assouplissement quantitatif, a ouvert une «autoroute» pour les investisseurs sur les marchés. Si l’exposition aux actifs à risque a occupé le devant de la scène, la sélection de ces actifs a eu moins d’importance. Cela pourrait toutefois changer, et la nécessité d’une approche sélective, plus fondamentale devrait désormais s’imposer.

Les investisseurs sont désormais confrontés à des défis de nature différente: le soutien de l’assouplissement quantitatif se tarit progressivement, le confort des taux historiquement bas s’estompe et il semblerait que nous entrions dans la phase finale du cycle économique actuel.

Considérant ce qui précède, quelles sont les options pour les investisseurs sur les marchés obligataires? Les obligations à haut rendement (High yield) avec une duration courte présentent un potentiel de rendements relatif attractif, avec un risque de taux limité, et une certaine diversification des émetteurs.

En termes de positionnement, le graphique 1 met en évidence le rendement relatif élevé qu’une stratégie global «high yield» à duration courte peut réaliser en comparaison avec d’autres segments du marché.

Prendre en considération la duration

La duration (ou sensibilité du prix d’une obligation aux variations des taux d’intérêt) est un élément clé pour les investisseurs. La tendance haussière des taux d’intérêt - évidemment aux USA mais aussi en Grande-Bretagne, au Canada et en Inde - rend une stratégie de réduction du risque de taux d’intérêt intéressante. Et si les obligations haut rendement (high yield) ont tendance à bien performer lorsque les taux montent du fait des «spreads» et des niveaux bas de duration, le fait de se positionner sur des durations courtes présente actuellement un niveau similaire de risque pour un risque de duration moitié moindre.

Les obligations à duration courte ont un autre avantage: elles sont moins sensibles aux variations des «spreads» de crédit, qui sont au plus bas depuis la crise financière mondiale. Ce qui suggère que les valorisations sont élevées. Dans un tel contexte, les obligations à duration courte peuvent contribuer à préserver la valeur.

Les valorisations élevées reflètent en partie les faibles taux de défaut qui caractérisent actuellement ce marché. Reste à savoir si la donne actuelle pourra résister à une économie globale qui ralentit et aux changements en matière de risque de crédit.

Néanmoins, il semble que les niveaux bas de taux de défaut et la hausse des corrélations sur les marchés obligataires a rendu les investisseurs moins sélectifs. Face à un bouleversement potentiel, en particulier au cours duquel les corrélations commencent naturellement à se briser, les investisseurs auraient tout intérêt à se préparer à une gestion active. Une telle approche – une sélection consciencieuse et ciblée des émissions les plus prometteuses – pourrait permettre de réduire l’exposition aux pires turbulences du marché.

Regarder en arrière pour mieux aller de l’avant

La crise financière mondiale a ouvert de nombreuses failles dans le système économique et financier. L’assouplissement quantitatif a fait office de remède universel et a permis au monde entier de se rétablir et de reprendre des forces. Toutefois, l’attrait de l’argent facile est toujours présent, comme le risque de rechute lorsqu’un patient commence à réduire sa médication envers laquelle il avait peut-être développé une dépendance.

À l’entame d’une phase de durcissement des politiques monétaires et d’un potentiel ralentissement économique, il est important de faire l’inventaire de ses positions et de ne pas s’exposer à des pertes en capital avec des investissements trop exposés à la hausse des taux. L’investissement dans les obligations globales haut rendement à duration courte ne répond peut-être pas à toutes les questions mais pourrait être une stratégie intéressante et simple à appliquer dans un contexte fait d’incertitudes.

*Senior Portfolio Manager Global High Yield chez Aviva Investors






 
 

AGEFI



...