Bourse Zurich: la Corée du Nord pèse sur l'ambiance, mais pas trop

lundi, 04.09.2017

Note négative pour la Bourse suisse à cause de l'essai nucléaire effectué par la Corée du Nord. Mais cette réaction reste plus mesurée que lors du lancement du missile nord-coréen la semaine passée.

Selon les analystes d'AxiTrader, personne ne croit encore à une escalade militaire de la crise- (Keystone)

La Bourse suisse a entamé la séance de lundi sur une note négative, après que la Corée du Nord a procédé ce weekend à un essai de bombe nucléaire. Les marchés asiatiques ont réagi négativement à cette nouvelle provocation de Pyongyang, mais de manière plus mesurée que lors du lancement d'un missile par-dessus le Japon la semaine précédente.

A Tokyo, le Nikkei a fini en baisse de 0,93%. La réaction des marchés des devises restait contenue elle aussi.

Les menaces de bruits de bottes dans la péninsule coréenne sont toutefois des causes d'incertitude. La Corée du Sud a simulé une attaque contre son voisin du nord et les Etats-Unis ont menacé Pyongyang d'une "réponse militaire massive" par la voix du secrétaire à la Défense James Mattis, ce qui n'est pas de nature à contribuer à une désescalade.

Selon les analystes d'AxiTrader, personne ne croit encore à une escalade militaire de la crise, mais le fait qu'il s'avère que la Chine a nettement moins d'influence sur le dictateur Kim Jong-Un que supposé est un élément de nervosité supplémentaire pour les marchés boursiers, tout comme le fait que le président américain Donald Trump ne semble pas particulièrement intéressé par une issue diplomatique. Les alternatives pour une solution de la crise diminuent donc.

A 9h30, le SMI reculait de 0,55% à 8892,10 points. Le SLI cédait 0,61% à 1418,64 points et le SPI 0,55% à 10'144,51 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 27 reculaient et trois avançaient.
Les nouvelles d'entreprises étaient clairsemées. Novartis (-0,4%) a annoncé un prochain changement de patron. Le directeur général Joseph Jimenez va céder sa place, à sa demande, au début de l'an prochain. Il sera remplacé début février 2018 par Vasant Narasimhan. Ce changement de tête n'implique pas de changement de stratégie pour le moment, a précisé le président Joerg Reinhardt en conférence téléphonique.

Les deux autres poids lourds Roche (-0,5%) et Nestlé (-0,4%) perdaient aussi du terrain.
Aux assurances, Bâloise perdait 1,1%. S&P a relevé la perspective de la note de crédit de l'assureur à "positive" et a confirmé "A". Swiss Life perdait 1%, Swiss Re 0,8% et Zurich 0,6%. Pour ce dernier, HSBC a relevé l'objectif de cours et a confirmé "buy".

Aux bancaires, UBS perdait 0,8%, Credit Suisse 0,8% et Julius Bär cédait 1,0%.
Swatch (-1,1%) tenait la lanterne rouge. Swisscom (-0,8%), le bon Schindler, la nominative Lindt, Partners Group, LafargeHolcim, Lonza, Richemont et ABB (tous -0,7%) faisaient aussi partie des "gros" perdants.

Dans le petit camp des gagnants, Société Générale a relevé la recommandation et l'objectif de cours de Givaudan (+0,5%). Dans la presse dominicale, Peter Huntsman, patron désigné de la future HuntsmanClariant, s'est montré sûr de la réalisation de la fusion entre les deux groupes. L'action Clariant prenait 0,5%. La volatile Aryzta (+0,03%) complétait le trio.

Sur le marché élargi, Helvetia (-0,8%) a publié ses résultats semestriels, bons, mais n'échappait pas à la tendance générale.

La Banque cantonale de Bâle (-0,7%) et sa filiale Banque Cler (pas traité) ont décidé d'abaisser le taux technique de la caisse de pension à 1,5% contre 2,5% auparavant. Les deux instituts verseront respectivement 14,7 et 9,8 millions de francs à la caisse de pension. L'ajustement n'aura pas d'influence sur les résultats annuels, a précisé Banque Cler.

Les sociétés immobilières Varia US (pas traité) et Hiag (-0,8%) ont aussi publié leurs résultats semestriels. (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...