Morgan Stanley termine le 2e trimestre sur un gros bénéfice

mercredi, 18.07.2018

Morgan Stanley a gagné 2,43 milliards de dollars lors des trois mois achevés le 30 juin, en hausse de 39% sur un an.

Le titre Morgan Stanley gagnait 2,85% à 50,60 dollars vers 12H10 GMT dans les échanges électroniques de pré-séance. (keystone)

Morgan Stanley a clôturé mercredi sur un bond de 39% de son bénéfice net la saison des résultats trimestriels des grandes banques américaines, qui profitent d'une croissance solide et d'un retour de la volatilité sur les marchés.

L'établissement, dont le siège est à Times Square à Manhattan, a gagné 2,43 milliards de dollars (quasiment autant en francs) lors des trois mois achevés le 30 juin, en hausse de 39% sur un an.

Ce résultat s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 1,30 dollar, nettement supérieur au 1,11 dollar escompté en moyenne par les analystes.

Le chiffre d'affaires a pour sa part progressé de 11,6% à 10,61 milliards de dollars, contre 10,1 milliards anticipés.

A Wall Street, les investisseurs ont salué ces résultats qui viennent achever un bon deuxième trimestre pour les six grandes banques américaines: JPMorgan Chase, Bank of America, Wells Fargo, Citigroup et Goldman Sachs ont toutes enregistré une flambée de leurs profits.

Le secteur bancaire profite d'une croissance solide aux Etats-Unis, d'un relèvement des taux de la banque centrale (Fed), de la baisse des impôts et de la volatilité sur les marchés.

Le titre Morgan Stanley gagnait 2,85% à 50,60 dollars vers 12H10 GMT dans les échanges électroniques de pré-séance.

"La performance du deuxième trimestre reflète une forte activité sur les marchés et une bonne dynamique chez les clients", a résumé James Gorman, le PDG, cité dans le communiqué.

Les activités de courtage poursuivent leur redressement, avec une hausse de 18,8% des recettes à 3,8 milliards de dollars, principalement en raison des incertitudes liées à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine d'un côté et les Etats-Unis et leurs alliés historiques de l'autre.

Courtier pour les ménages

Dans le détail, les recettes générées par le courtage des obligations, taux, devises et matières premières (FICC), vache à lait des grandes banques avant la crise de 2008, ont progressé de 16,7% à 1,4 milliard de dollars.

Les revenus du trading des actions et autres titres financiers ont pour leur part bondi de 13,6% à 2,5 milliards de dollars.

L'ouverture de la firme aux petits épargnants américains continue également de payer puisque la division de gestion de fortune et d'actifs a enregistré une hausse de 4,2% à 4,3 milliards de dollars de ses revenus, alors que les commissions des banquiers conseillant les entreprises dans les opérations de fusions-acquisitions ont augmenté de 22,6% à 618 millions.

Après avoir failli déposer le bilan au moment de la crise financière, Morgan Stanley a changé de stratégie afin de limiter son exposition aux fluctuations des marchés.

Elle est devenue un courtier travaillant non seulement pour les entreprises mais aussi pour les petits épargnants. (ats)






 
 

AGEFI




...