Restructuration chez Mobilezone en Allemagne

mercredi, 13.05.2020

Mobilzone veut économiser 5 millions d'euros d'ici 2021. 80 emplois sont menacés en Allemagne.

Le confinement a mis un coup d'arrêt à la progression des performances de Mobilezone enregistrées depuis le début de l'année. (Keystone)

Mobilezone veut restructurer ses activités liées à la vente indirecte en Allemagne, entraînant la suppression de 80 emplois sur le site allemand d'Obertshausen. Les objectifs de rentabilité pour l'année en cours ont été abaissées, à la fois en raison des coûts de la restructuration et des conséquences de la Covid-19.

Les activités de ventes indirectes sur le site d'Obertshausen, de la filiale einsAmobile, seront déplacées à Bochum et Münster, a précisé mercredi le prestataires de services de télécommunications. La consolidation des activités commerciales pèsera à hauteur de 6 millions d'euros (6,25 millions de francs), un montant unique, sur le résultat opérationnel (Ebit) 2020. D'ici 2021, la réorganisation doit permettre d'économiser 5 millions d'euros grâce aux synergies générées.

"En effectuant ces changements opérationnels, nous voulons être dans la meilleure position possible pour consolider nos ventes indirectes sous une seule nouvelle et solide marque centrale", a expliqué Markus Bernhard, directeur général (CEO) de Mobilezone.

Les ventes indirectes concernent en premier lieu le segment téléphonie mobile et fixe pour la clientèle entreprises avec des opérateurs de réseaux comme Vodafone, Deutsche Telekom, Telefonica, a précisé à AWP M. Bernhard.

Grâce à la réorganisation, les processus financiers et logistiques seront optimisés, les lignes de communication plus courtes et la disponibilité des produits plus large pour les partenaires.

Fort impact du coronavirus

La pandémie de coronavirus a laissé des traces sur les résultats opérationnels du groupe au premier semestre. Le confinement a mis un coup d'arrêt à la progression des performances enregistrées depuis le début de l'année.

Dès la mi-mars, la majorité des succursales de Mobilezone a été fermée en Suisse, de même qu'en Allemagne. Les boutiques restées ouvertes ont quant à elle essuyé un repli de 61% de la fréquentation tandis qu'en Allemagne les ventes ont chuté de 65%. En Suisse et en Autriche, les réparations de smartphones ont décliné de 57%.

Certes, les contrats conclus en ligne avec Sparhandy et Deinhandy ont été supérieurs à la moyenne, de même que les activités de e-commerce en Suisse et celles destinées aux entreprises. Des mesures de chômage partiel ont également été introduites mais tout cela n'a en aucun cas permis de compenser les pertes, précise Mobilezone.

Mobilezone s'attend à ce que la pandémie ait eu un impact de 11 à 13 millions de francs sur l'Ebit au premier semestre. Le directeur général se veut toutefois optimiste et s'attend à ce que la marche des affaires reprenne conformément aux attentes dès le second semestre.

Objectifs revus à la baisse

Les objectifs pour l'exercice en cours, formulés le 13 mars, soit un Ebit de 56 à 61 millions de francs attendu pour 2020, ont été mises à jour pour tenir compte des conséquences de la crise et des coûts de restructuration en Allemagne. La société s'attend ainsi désormais à un Ebit 2020 entre 38 et 43 millions. Pour 2021, elle table sur un chiffre entre 61 et 66 millions.

Avec la consolidation des activités en Allemagne, Mobilezone fait "le pas nécessaire" dans la fusion des entreprises rachetées dans le pays. De plus, Mobilezone est "l'une des premières entreprises à fournir une prévision claire pour l'Ebit 2020 et 2021", saluent les analystes de Vontobel.

Vers 9h30, le titre Mobilezone lâchait 2,4% à 8,07 francs dans un SPI en baisse de 0,8%. (awp)

>> Notre dossier coronavirus






 
 

AGEFI



...