MCH évalue l'entrée au capital de nouveaux investisseurs

lundi, 27.01.2020

MCH planche sur différentes solutions pour se relancer, dont l'entrée au capital de nouveaux investisseurs.

MCH va soumettre ses pistes à ses actionnaires mercredi lors d'une assemblée générale extraordinaire. (Keystone)

MCH étudie différentes stratégies pour se relancer, qu'il soumettra à ses actionnaires mercredi lors d'une assemblée générale extraordinaire. L'organisateur bâlois de foires et salons évalue notamment l'entrée au capital de nouveaux investisseurs. Il a également fait son mea culpa sur certains projets trop ambitieux, notamment à Lausanne et Bâle.

Cette option "peut impliquer une augmentation de capital et des changements structurels", a indiqué MCH lundi dans un communiqué.

La direction de MCH profitera surtout de l'événement pour répondre au catalogue de 39 questions soumises par l'un de ses actionnaires, AMG Fondsverwaltung. Mi-décembre 2019 le conseil d'administration du groupe bâlois avait déjà demandé de rejeter toutes les demandes de cet investisseur, qui détient environ 10% du groupe.

L'entreprise, qui organise notamment le salon horloger Baselworld et la foire d'art contemporain Art Basel, se trouve dans une situation difficile avec la perte de vitesse de certains de ses grands événements. Dans ce contexte, le conseil d'administration a admis que "des erreurs ont été commises".

Revenant sur l'acquisition en 2010 de Beaulieu Exploitation, société d'exploitation du Centre de congrès et d'expositions de Lausanne, MCH a admis que cet engagement avait conduit à une perte cumulée sur neuf ans de 35,6 millions de francs, auxquels s'ajoutent les 9 millions dépensés pour le redressement de la caisse de pension de la société vaudoise.

MCH a par ailleurs mis de côté 6,1 millions de francs pour couvrir le reste de la durée de location jusqu'en 2021.

Quant à Grand Basel, éphémère salon dédié à la voiture d'exception qui avait fermé ses portes en 2018 après une seule et unique édition, ce dernier s'est soldé par une perte d'exploitation de 27,8 millions de francs, plus 6,8 millions de corrections de valeur.

D'une manière générale, le groupe rhénan a admis avoir visé trop grand avec sa stratégie de diversification et d'expansion à l'international. La numérisation et les changements dans les stratégies de marketing ont conduit à "des changements fondamentaux" dans le secteur.

Potentiel mal estimé

"Nous avons surestimé le potentiel de réussite de certains projets, notamment à Lausanne ou pour le projet Grand Basel", a souligné MCH.

Pour sortir de cette mauvaise passe, le groupe a lancé sa réorientation avec notamment l'objectif de transformer ses foires et événements, en investissant dans la numérisation, l'innovation et l'internationalisation. MCH veut ainsi "développer les formats existants et en créer de nouveaux".

Pour financer ce développement, la société bâloise évalue "différentes options stratégiques", dont l'entrée au capital de nouveaux investisseurs. La vente de la division Live Marketing Solutions, déjà évoquée précédemment, reste toujours d'actualité.

Avec ces mesures, le groupe espère "renouer avec une rentabilité raisonnable", non chiffrée.

MCH a subi au premier semestre 2019 une perte nette de 1,0 million de francs, contre un bénéfice de 21,5 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires s'est effondré de 23,7% à 272,1 millions de francs.

La direction avait averti en septembre s'attendre pour l'ensemble de 2019 à une perte d'exploitation et des coûts de restructuration supplémentaires.

Dans l'immédiat, les investisseurs ne faisaient pas grand cas de ces annonces. A la Bourse suisse, le titre reculait de 0,8% à 24,30 francs dans de très maigres volumes. L'indice de référence SPI abandonnait quant à lui 1,32%. (awp)






 
 

AGEFI




...