Le taux à 10 ans US passe un nouveau cap

lundi, 08.10.2018

Marché actions. L’activité dans les services, en pleine expansion, a atteint un plus haut depuis 1997.

René Morgenthaler*

Les indicateurs économiques américains continuent d’être vigoureux. Ainsi l’activité dans les services est clairement en expansion (à 61,6), au plus haut depuis 1997. Le marché obligataire américain (le taux à 10 ans a dépassé les 3,2%) a réagi de façon probablement exagérée à l’enquête ADP sur l’emploi de jeudi dernier faisant état de 230.000 créations. Les chiffres effectifs de l’emploi parus vendredi étaient inférieurs aux attentes (134.000 vs 185.000 attendus) mais c’est attribuable en partie aux perturbations climatiques (ouragans).

Un discours jugé plus «hawkisk» 

Jerome Powell n’a rien arrangé. Très confiant sur les perspectives économiques, il a tenu un discours jugé plus «hawkisk» laissant entendre que le resserrement des taux courts pourrait aller au-delà du point neutre (estimé à 3%). Avec un taux de chômage à seulement 3,7%, la crainte d’une vague de hausses salariales (Amazon a relevé la rémunération horaire à USD 15) et de taux plus élevés, qui pourraient affecter les bénéfices et la valorisation des entreprises, a pesé sur les indices actions. Des micro-puces chinoises auraient infiltré plusieurs entreprises américaines. Cette nouvelle, fondée ou pas, a fortement pesé sur le secteur technologique. 

En Italie, le compte n’y est pas. Les ambitions budgétaires ont de la peine à convaincre les partenaires européens. Le gouvernement italien semble s’accorder vers un programme de déficit budgétaire allant de 2,4% du PIB pour 2019 vers 2,2% en 2020. Mais les négociations sont tendues entre les membres de la coalition et il y a peu de détails sur les mesures et investissements que ce trou financier est supposé stimuler. Le plan passera devant la commission européenne le 15 octobre. Les doutes sur la réduction possible du ratio dette/PIB du pays ont fait réagir les rendements sur la dette souveraine italienne très négativement, d’autant que la notation (actuellement BBB) est susceptible d’être abaissée par les agences. 

Marché actions chinois en fort recul 

Après plusieurs jours de fermeture, le marché actions chinois a ré-ouvert ce lundi en forte chute. La banque centrale a réduit de 1% le taux de réserves obligatoires des banques commerciales. Celui-ci passera à 14,5%, ce qui devrait correspondre à USD 175 milliards de crédits potentiellement injectés pour soutenir l’économie chinoise. Cette mesure est interprétée négativement par les investisseurs car elle souligne les craintes de ralentissement liées à l’escalade du conflit commercial.

Recommandations

EMS-Chemie Holding AG (ISIN: CH0016440353, prix: CHF 568,00)

EMS-Chemie Holding fabrique et commercialise des produits chimiques pour les secteurs de l’automobile, des textiles et des transports. 

L’entreprise a publié une hausse de son chiffre d’affaires de 10,8% sur les neuf premiers mois de l’année, porté par sa division-phare, celle des polymères à haute performance. Toutefois, ces chiffres encourageants s’inscrivent légèrement en-dessous des attentes des analystes. Des signes de ralentissement se font ressentir à cause de conflits commerciaux qui impactent la société, notamment au niveau du secteur automobile qui est un marché important du groupe grison.

La direction d’EMS-Chemie est prudente pour ses prévisions dans l’évolution des affaires. Le franc suisse fort reste un obstacle pour l’entreprise, qui espère contrer tout ralentissement économique avec son programme d’efficience mis en place depuis le début de l’année.

La valorisation du titre est élevée, mais elle est en partie justifiée par la visibilité de la croissance à moyen terme. 

Avis de l’analyste: achat sur repli dans la zone des CHF 520.-

Samsung (US7960502018, prix: EUR 690)

Le premier fabricant mondial de smartphones et de puces mémoires a déclaré qu’il avait, selon ses premières estimations, généré sur le trimestre le plus gros profit trimestriel de son histoire. 

La société s’attend à un bénéfice 13,5 milliards d’euros, en hausse de plus de 20%. Cette performance représente 150 millions d’euros de bénéfice par jour. Le géant sud-coréen anticipe une marge opérationnelle de 26,9%, supérieur à ce qu’affichait Apple lors des derniers chiffres trimestriels.

Même si le groupe reste le plus grand producteur mondial de smartphones, cette division génère aujourd’hui moins de 15% du résultat et fait face à la concurrence des modèles chinois moins chers (Huawei, Xiaomi, Oppo). Pour se démarquer, le plus grand groupe d’électronique de la planète travaille sur un smartphone pliable.

Les puces représentent désormais 80% du bénéfice opérationnel de Samsung. L’entreprise a profité de la hausse du prix des mémoires DRAM provoquée par un bond de la demande des centres de données pour l’informatique dématérialisée (Cloud).

Avis de l’analyste: garder

*Responsable de la gestion discrétionnaire de la Banque Bonhôte & Cie SA






 
 

AGEFI



...