Les marchés financiers sont à la fête

lundi, 24.06.2019

Marché actions. Face à la montée des incertitudes, les autorités monétaires montrent qu’elles sont là, prêtes à intervenir, lorsque la croissance mondiale fléchit.

Julien Staehli*

Ceci contribue à améliorer la confiance et permet une extension du cycle financier. Le ton ultra-accommodant des banques centrales a poussé en hausse sur la semaine écoulée tous les actifs à risque, et ce malgré Les tensions politiques au Moyen-Orient. Les rendements obligataires continuent d’être orientés en baisse, les marchés actions et immobiliers prospèrent et même l’or brille. 

Dose de stimulation dans l’esprit des investisseurs

La Réserve fédérale américaine (Fed) a laissé lors de sa réunion de la semaine dernière les taux d’intérêt inchangés. Ses perspectives de croissance économique américaine ont été légèrement augmentées, à 2% pour 2020. Elle s’est toutefois positionnée au plus près possible d’une potentielle baisse de son taux d’intervention si nécessaire. La médiane des anticipations de ses membres se situe au statu-quo pour cette année. 

Mais la chute des rendements des obligations du Trésor US, avec le taux à dix ans proche de 2%, signale que les opérateurs s’attendent à deux baisses en 2019. Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne a aussi ajouté une dose de stimulation dans l’esprit des investisseurs en détaillant plusieurs outils d’intervention à sa disposition. Ainsi les taux d’intérêt pourraient baisser avec des mesures pour préserver la profitabilité des banques. La politique d’assouplissement quantitatif pourrait reprendre...

Donald Trump rassure

Les relations entre les Etats-Unis et l’Iran se détériorent. Même si des frappes militaires ont été évitées de justesse, de nouvelles sanctions sont imminentes. Le président Donald Trump semble toutefois prêt à négocier, ce qui est rassurant. 

Sur le front de la guerre commerciale, la rencontre Trump/Xi lors du sommet du G-20 à Osaka les 28 et 29 juin laisse espérer une conclusion positive. L’issue reste cependant binaire avec de nouvelles taxes sur 300 milliards d’exportations chinoises si aucun accord n’est trouvé et cinq nouvelles entités technologiques chinoises mises sur liste noire par les américains. Les Chinois ont déclaré rechercher un résultat «win-win» dans le respect des règles de l’Organisation mondiale du Commerce.

L’or fait son retour sur les devants de la scène

Après plus de 5 ans passés dans un canal entre USD 1000 et 1350 l’once, l’or vient de franchir un important niveau à la hausse (voir graphique ci-dessous). Au passage de ce niveau, nombre d’acteurs sous-investis en métaux précieux ont bondi sur le métal jaune de peur de voir le marché s’envoler sans eux.

Aujourd’hui, un certain nombre d’éléments plaident effectivement en faveur d’un mouvement haussier du prix de l’or.

Tensions militaires exacerbées

Premièrement, l’or a été considéré de tous temps comme la valeur refuge par excellence. Les tensions actuelles entre la Chine et les Etats-Unis sur les tarifs douaniers mais également de manière plus générale en termes de leadership économique et technologique créent un climat d’incertitude. 

Plus récemment, les incidents survenus dans le golfe d’Oman avec successivement l’incendie de deux pétroliers puis la destruction d’un drone de l’US Navy par l’Iran ont exacerbé les tensions militaires entre les deux pays, risquant de peu l’escalade militaire. Dans ce contexte tendu, l’or a vu légitimement son cours progresser alors même que le dollar faiblissait. Mais un deuxième élément vient soutenir la progression du métal jaune. L’or n’offre pas de rendement direct (comme un coupon ou un dividende), l’investisseurs ne compte donc que sur la plus-value de son cours. En période où le coût d’opportunité des actifs à rendements est élevé l’or à tendance à être moins recherché. Mais aujourd’hui les Etats-Unis, un des derniers bastions occidentaux, affichant des taux d’intérêts décemment positifs sur la dette d’état est en passe d’abaisser ses taux directeurs. Le coût d’opportunité se réduit et l’or, comme les métaux précieux, voit son attractivité relative se renforcer.

En retard sur le mouvement de hausse

On notera que si l’or a cassé sa résistance à la hausse dans la zone USD 1350/l’once, les sociétés aurifères ont pris du retard sur le mouvement de hausse. Une opportunité d’achat? Les sociétés aurifères ci-dessous sont représentées par un ETF regroupant les plus de 45 sociétés minières actives dans l’extraction d’or.

*Responsable de la gestion discrétionnaire de la Banque Bonhôte & Cie SA






 
 

AGEFI



...