Un EUR/CHF en-dessous de 1,12?

lundi, 10.09.2018

Marché actions. Dans un contexte de croissance, la BNS interviendra-t-elle pour affaiblir le franc suisse?

Jean-Paul Jeckelmann*

Vendredi passé, l’indice MSCI Asie Pacifique était en baisse pour une sixième session consécutive. Les baisses enregistrées en Australie et à Hong Kong ont annulé les gains modestes sur des marchés tels que l’Indonésie et la Malaisie. Les investisseurs envisagent désormais le risque d’une croissance plus faible de par les difficultés auxquelles sont confrontés les marchés émergents. Les actions japonaises ont sous-performé suite au puissant séisme qui a touché l’île principale. Malgré cela le yen, considéré comme une monnaie refuge, a gagné du terrain. 

Les devises émergentes se sont quelque peu stabilisées s’inscrivant parfois dans le vert sur la semaine qui fut tumultueuse. Dans ce contexte, le franc suisse ne faiblit pas, car il présente la caractéristique de se détendre essentiellement en période de baisse de tensions sur les marchés financiers. Notons également que ses mouvements sont principalement affectés par les tensions émanant d’Europe. 

Les pressions sur le commerce mondial devraient maintenir la demande pour le franc suisse. Plus important encore, la corrélation entre le franc suisse et les rendements obligataires italiens se renforcent une fois de plus et cette corrélation restera élevée tant que la perception des risques politiques dans la péninsule persistera. Actuellement, le rendement des emprunts gouvernementaux italiens à 10 ans se négocie proche des plus hauts depuis 4 ans.

A court terme, il n’existe pas de catalyseur clair pouvant conduire à un affaiblissement du franc suisse. Certains analystes estiment que le taux de 1.12 franc suisse pour 1 euro pourrait amener la Banque nationale suisse (BNS) à intervenir pour affaiblir le franc mais la bonne tenue de l’économie Suisse constitue un frein à cette éventualité.

Depuis début 2015, la BNS a utilisé un taux de dépôt négatif et s’est engagée à intervenir sur les marchés des changes si nécessaire. La semaine dernière, la BNS a publié ses réserves de changes en monnaies étrangères. Les montants en devises de réserves s’inscrivent en baisse de 2.5%, ce qui n’était plus arrivé depuis 6 ans. 

Nous pensons que le renforcement du franc suisse est temporaire et lié aux mêmes préoccupations concernant les tensions commerciales, qui soutiennent actuellement le dollar. Nous nous attendons à un renversement de cette tendance.

Recommandations

JD.com (ISIN: US47215P1066, Prix: USD 26.95)

Le titre du géant chinois de l’e-commerce est sous pression. 

Son patron, Richard Liu, qui détient 15.5% des actions en circulation et 80% des droits de vote, fait l’objet de soupçons d’agression sexuelle. Interpellé vendredi par la police de Minneapolis, il a toutefois été remis en liberté et s’est envolé pour la Chine. La sanction des marchés ne s’est pas fait attendre. JD.com a vu son cours corrigé de près de 10%.

L’enquête se poursuit, mais si Monsieur Liu a été relâché si vite, c’est probablement que la police n’avait pas assez d’éléments à charge. Le titre, comme toutes les valeurs chinoises, a souffert récemment suite au durcissement du conflit commercial sino-américain, même si la société est pour l’essentiel tourné vers le marché interne. Nous maintenons la valeur à l’achat. 

La société continue son expansion. Durant l’année comptable s’achevant au 30.06, plus de 315 millions de consommateurs ont commandé pour 215 milliards de marchandises. JD est le seul e-commerçant à opérer un réseau logistique capable de livrer 90% des commandes en J ou J+1, y compris dans des régions extrêmement reculée du pays. Le groupe a beaucoup investi ces derniers mois, en particulier, dans la logistique, l’intelligence artificielle et le cloud. 

La correction du titre représente une opportunité d’achat intéressante. La valeur figure sur notre liste de proposition d’achat.

Nestlé (ISIN: CH0038863350, prix: CHF 80.24)

Le géant de l’alimentaire continue le recentrage de ses activités. Les axes définis pour la croissance sont le café, l’eau en bouteille, les produits de nutrition infantile et les aliments pour animaux de compagnie. 

Nestlé procède à diverses acquisitions stratégiques dans le but de générer de la croissance. Parmi les transactions les plus notoires, citons la participation prise dans le détaillant et torréfacteur américain Blue Bottle Coffee et le rachat de Chameleon Cold Brew. Également dans le domaine du café, Nestlé a annoncé mercredi dernier une prise de participation majoritaire dans Terrafertil, un fabricant d’aliments naturels (snacks et boissons) à base de plantes. 

Ceci s’inscrit dans un mouvement global de l’entreprise qui augmente sa présence dans les aliments sains, savoureux, moins caloriques et plus naturels pour s’accorder aux nouvelles tendances du secteur de la consommation. Ces secteurs sont en forte croissance et offrent des marges plus attractives.

Le titre flirte avec le niveau des CHF 80.- et nous avons actuellement un prix objectif de CHF 95.-. Nestlé fait partie de nos investissements en mandat.

*Directeur des investissement de la Banque Bonhôte & Cie SA






 
 

AGEFI




...