De nouveaux sommets boursiers

lundi, 20.01.2020

Marché actions. Avec un bond de plus de 10%, la capitalisation de Google a dépassé 1000 milliards de dollars.

Karine Patron*

Karine Patron.

La signature de l’accord commercial de phase 1, pourtant encore partiel et incomplet, entre Pékin et Washington a servi de toile de fond pour un scenario haussier des marchés actions. Pour l’heure, les droits de douane US seront maintenus sur environ 360 milliards de dollars de produits. Les notes plus favorables sur le versant économique et les indications prometteuses sur le front des résultats des sociétés s’y sont ajoutées pour guider les indices boursiers vers de nouveaux sommets historiques. Même les marchés européens, pourtant susceptibles d’être pénalisés par l’accord commercial, ont progressé.
Aux Etats-Unis, les mises en chantier de décembre étaient particulièrement fortes, soit +16,9% sur un mois. Les ventes au détail ont augmenté de 0,3%. En Europe, les nouvelles immatriculations de véhicules ont bondi de 22% en décembre 2019. En Chine, l’environnement macro-économique s’est stabilisé, avec un PIB en hausse de 6,1% en 2019. La production industrielle a augmenté de 6,9% en rythme annualisé. L’amélioration sur le plan manufacturier et de la confiance des entreprises a été favorables aux titres chinois.
Malgré les taux d’intérêt plus bas et le ralentissement conjoncturel, les chiffres publiés par les grandes banques américaines étaient fort encourageants.
C’est un bon signe pour l’économie. Les crédits à la consommation et les revenus du segment banque d’affaires ont propulsé la croissance. Les revenus et profit (9 milliards de dollarsen 2019) records engrangés par Morgan Stanley ont particulièrement impressionné. Du côté de la technologie, Taiwan Semi Conductor a annoncé être positif sur ses perspectives liées notamment à l’adoption de la 5G. La société va accroître ses investissements en équipement en 2020, ce qui a poussé les autres valeurs du secteur, comme Nvidia Advance et Micro Devices ou Qualcomm. Avec un bond de plus de 10% depuis début janvier, Alphabet (Google) a rejoint la semaine dernière Apple et Microsoft dans le club d’élite des sociétés dont la capitalisation boursière est supérieure à 1 billions de dollars. Si on ajoute les autres «faang», Facebook et Amazon, ces valeurs composent désormais un cinquième du S&P500.
L’environnement de liquidité abondante reste favorable à la propension au risque, vu que les banques centrales n’ont pas l’intention de remonter les taux d’intérêt. L’inflation ne montre en effet pas de signaux de réveil qui justifieraient un changement de politique monétaire.

Recommandations

Richemont (ISIN: CH00210483332, prix: 80,94 francs)

Le géant pharmaceutique bâlois a publié ses résultats sur le premier trimestre 2017, qui étaient globalement conformes aux attentes des analystes. Le chiffre d’affaires s’est inscrit en légère baisse de 1% par rapport au premier trimestre de l’année passée. Toutefois à taux de change constants, les ventes ont progressé de 2%. C’est au niveau de la rentabilité que les choses se sont un peu détériorées. Le bénéfice net au premier trimestre est en recul de 17%, impacté par l’érosion causée par les génériques, et par les dépenses liées à sa filiale Alcon. Les coûts dus à la commercialisation de son médicament Entresto (traitement contre l’insuffisance cardiaque), ont aussi contribué négativement.Les prévisions pour l’année en cours ont été confirmées par le groupe, à savoir un chiffre d’affaires identique à celui de 2016. Novartis reste attractive à détenir en portefeuille en absolu, et également en relatif par rapport à Roche en regard de l’évolution du ratio de prix des deux titres.

* Gérante discrétionnaire de la Banque Bonhôte & Cie






 
 

AGEFI




...