Le directeur général de Lonza quitte ses fonctions

mardi, 12.11.2019

Marc Funk démissionne de son poste de directeur général de Lonza.

Marc Funk assurera la transition jusqu'en janvier 2020. (Keystone)

Lonza a annoncé mardi le départ de son directeur général Marc Funk pour "raisons personnelles", moins d'un an après sa prise de fonction. Le président du chimiste de spécialités bâlois, Albert Baehny, se chargera de l'intérim en plus de ses fonctions actuelles d'ici à la nomination d'un nouveau patron.

Marc Funk assurera la transition jusqu'en janvier 2020, selon le communiqué. Celui qui a été responsable des opérations de la division Pharma & Biotech de 2014 à 2019 avait pris la tête de Lonza au 1er mars. Il succédait alors à Richard Ridinger, qui a quitté son poste après sept ans.

Christoph Maeder, membre du conseil d'administration, a été nommé Lead Independent Director "pour des raisons de bonne gouvernance". Cité dans le document, il assure que le conseil respecte la décision du CEO.

Une porte-parole jointe par AWP n'a pas donné plus de détail concernant ce départ. La recherche d'un successeur a déjà commencé, a-t-elle ajouté.

Albert Baehny a rejoint le conseil d'administration de Lonza en 2017 et en a pris la tête l'année suivante. Il est également depuis 2011 président de Geberit, entreprise qu'il a dirigée, et membre du conseil de la société immobilière Investis.

Cité dans le communiqué, M. Baehny assure qu'il va "travailler dans les intérêts" de Lonza, de ses employés et de ses actionnaires dans les prochains mois. "La société a un futur excitant sur des marchés dynamiques", selon lui. Il va oeuvrer avec le conseil dans la recherche d'un nouveau directeur général "pour diriger l'entreprise dans les années à venir".

Incertitude à court-terme

La nouvelle du retrait de M. Funk est totalement inattendue et va créer de l'incertitude à court terme, explique Laura López Pineda de Baader Helvea. Le fait que Marc Funk se retire après huit mois à son poste interroge sur les problèmes potentiels entre la direction et le conseil d'administration.

L'analyste rappelle que le patron a accéléré le recentrage de Lonza sur les activités pharmaceutiques et nutrition et qu'il a initié le remodelage des activités chimiques.

L'annonce fait suite au départ déjà inattendu du précédent patron Richard Ridinger début 2019, souligne UBS dans un commentaire. Ces remous à la tête d'un groupe disposant "d'un modèle d'affaires stable et défensif est surprenant", a souligné la banque aux trois clés. La principale décision stratégique de l'ancien chef de la division Pharma & Biotech est l'externalisation partielle de la division Specialty Ingredients (LSI).

L'analyste Daniel Buchta de Vontobel espère que le prochain directeur général correspondra davantage et restera surtout plus longtemps à la tête de l'entreprise.

Cela devrait prendre un certain temps avant qu'un successeur soit nommé, avance prudemment la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

Les investisseurs n'ont pas goûté la nouvelle. Après avoir atteint un plus bas du jour à 326,90 francs, l'action remontait en milieu de matinée à 332,10 francs, en recul de 3,7%. Le titre était bon dernier du SMI qui perdait 0,17%. (awp)






 
 

AGEFI




...