Swiss Re: la croissance devrait se poursuivre dans l'assurance

mercredi, 13.11.2019

Malgré les incertitudes, Swiss Re table sur de bonnes affaires pour l'assurance.

La branche profitera de la demande dynamique de couvertures d'assurance, en particulier dans les pays en voie de développement, d'après l'étude Sigma de Swiss Re. (Keystone)

Le conflit commercial sino-américain laisse des traces sur l'économie mondiale, mais la branche de l'assurance devrait garder son rythme de croissance. Il s'agit des conclusions des économistes du réassureur Swiss Re à l'issue de leurs perspectives conjoncturelles présentées mercredi à Londres.

Malgré les incertitudes, Swiss Re table sur de bonnes affaires pour l'assurance. La branche profitera de la demande dynamique de couvertures d'assurance, en particulier dans les pays en voie de développement, d'après leur étude Sigma. Beaucoup de gens seraient en effet sous-assurés.

A l'échelle mondiale, le volume des primes dans l'assurance-vie et non-vie devrait progresser successivement d'environ 3% sur les deux prochaines années. En Chine, les activités non-vie devraient croître de 9% et celles vie de 11%, a déclaré en téléconférence Thomas Holzheu, économiste chez Swiss Re. Dans les 15 prochaines années, la Chine pourrait même dépasser les Etats-Unis et devenir le plus grand marché pour les assureurs.

L'environnement des prix s'est largement amélioré dans le non-vie. Cela est lié au coûts en hausse des dommages au cours des dernières années. Une évolution qui devrait se poursuivre. Des progrès sont à attendre également dans la rentabilité.

Affaiblissement de la conjoncture mondiale

L'année prochaine, Swiss Re table sur un ralentissement de la conjoncture. "Nos prévisions pour la croissance mondiale par rapport à l'année dernière se sont détériorées", a indiqué le Chef économiste de Swiss Re Jerome Hägeli. Le conflit commercial et les tensions géopolitiques créent de l'incertitude, particulièrement dans l'économie.

La probabilité que les Etats-Unis connaissent une récession reste élevée, à 35%. En 2019, la croissance du PIB devrait ralentir à 2,3% après 2,9% au pays de l'Oncle Sam. Les taux devraient par la suite fléchir, à +1,6%. Dans la zone Euro, la croissance est attendue à 1,1% et ensuite à 0,9% pour 2020.

L'Asie reste le moteur de la croissance mondiale, en Chine, la croissance du PIB est attendu 0,4 point de pourcentage inférieure, à 6,2% cette année. Un fléchissement à +5,9% est escompté pour 2020. A l'inverse, les pays asiatiques émergents inscriront de plus fortes croissances. (awp)






 
 

AGEFI




...